Des artefacts rares du bouddhisme tibétain

Publié le 2018-01-08 à 13:25  |  China Tibet Online

Le Charonia tritonis est l'un des instruments communs du bouddhisme tibétain. Sous le règne de Qianlong de la dynastie des Qing (1736-1796), la production de Charonia tritonis a atteint des sommets en matière des matériaux et de l'exquisité de l'engin. Les données montrent que la collection du Musée National du Palais impérial de Taipei comprend « le Charonia tritonis blanc de Qianlong des Qing », le Musée du Palais impérial de Beijing comprend « le Charonia tritonis avec aileron des Ming », le Musée du Tibet comprend « le Charonia tritonis de bon augure des Qing », et le Musée du Palais du Potala comprend « le Charonia tritonis de l’empereur Qianlong des Qing », et ainsi de suite.

Ce Charonia tritonis est le seul Charonia tritonis avec motifs de bon augure et de lotus en bronze du « système royal de Qianlong » vue sur le marché de l'art. Cette œuvre fait 20 cm de long, avec un diamètre maximum de 9 cm, et est fait en porcelaine bionique. La modélisation est une imitation d’un Charonia tritonis naturel, avec une spirale en guise de carapace, et l'ensemble de processus comprend des technologies d’intégration et de mosaïque de couleur bronze et or. L’œuvre est bien décorée, avec des décorations exquises et élégantes, donnant à l’œuvre une apparence magnifique.

La relation entre la famille royale des Qing et le bouddhisme tibétain est longue et profonde.  En 1744, l'empereur Qianlong reconstruisit la résidence où habitait son père l'empereur avant de monter sur le trône, le palais du prince Yong, et le temple Yonghe. Sous la juridiction du gouvernement central, ce temple acceptait les moines supérieurs mongols et tibétains, et est devenu un centre religieux du bouddhisme pour les princes et les rois. L'empereur Qianlong est le monarque croyant au bouddhisme tibétain le plus éminent de la dynastie des Qing. Sous les enseignements de Changkya Ruobo Dorje (1717-1786), il a accepté le Dharma et le sacrement. L'empereur Qianlong a ordonné à plusieurs reprises des coopérations entre les missionnaires occidentaux et chinois du palais et les artistes tibétains, afin de créer leurs propres thangkas et statues du Bouddha, tels que la statue du Bouddha du temple Puning de l’empereur Qianlong conservé dans le Musée du Palais National à Beijing. En raison des croyances religieuses de l'empereur Qianlong, et de ses liens proches avec les moines tibétains, par conséquent, il a fait faire la porcelaine bouddhiste, des instruments et d’autres objets pour son palais ou sa salle d'audience, ou à offrir comme récompenses aux moines du Tibet.

Traduit par China Tibet Online
(Rédactrice: Caroline)