La Saint-Valentin tibétaine – « La fête des fées »

Publié le 2017-12-05 à 09:25  |  China Tibet Online

Le 3 décembre, la place du temple Jokhang, à Lhassa, au Tibet est pleine de monde, dont la plupart étaient des femmes tibétaines en habits, et plus animée que d'habitude. Parce que cette journée coïncidait avec le 15 octobre du calendrier tibétain, qui est un festival traditionnel du bouddhisme tibétain, « La fête des fées », les femmes se vêtent pour l'événement et spécialement pour fêter ce festival annuel. La fête des fées alias « Pailarizhui » est l’occasion de faire des sacrifices à la patronne « Palden Lhamo » du temple de Jokhang et lui demander sa bénédiction. Selon les coutumes tibétaines, Palden Lhamo est la sainte patronne des femmes, et elle peut apporter le bonheur et la beauté aux femmes. Donc, ce jour est encore vu comme « La fête des fées ».

Selon la légende, Palden Lhamo a été invitée au monastère de Jokhang par le patriarche Songtsen Gampo pour servir de sainte patronne. Selon le bouddhisme tibétain, Dieu se montre dans des incarnations différentes. Dans le temple de Jokhang, cette femme a été envoyée par le ciel dans une apparence en colère, un visage de grenouille noir, un regard féroce pouvant dissuader tous les fantômes. Le jour du 15 octobre selon le calendrier tibétain, cette statue de Bouddha est révélée dans le temple de Jokhang, elle est défilée à Lhassa, et on la porte finalement jusqu’à la rive sud de la rivière Lhassa. Il y a un temple de l’autre côté de la rivière Lhassa, il s’agit d’un temple commémoratif du général Tritsun datant de l'ancien Tibet. La fée Palden Lhamo se tenait de l'autre côté de la rivière et aimait regarder à distance le temple, exprimant ainsi ses pensées.

En raison de cette légende, chaque année lors de ce jour, les femmes locales de Lhassa portent leurs vêtements les plus chers, une variété de bijoux en or et de jade, et se rendent tôt le matin au temple de Jokhang pour adorer la déesse au visage de grenouille, et ensuite, boire de l’alcool « Qiang », chanter, danser, et célébrer le festival. Ce jour-là, il y a une coutume spéciale, c’est-à-dire que les femmes, que ce soit à la maison ou dans la rue, peuvent aller demander de l'argent aux hommes afin d'obtenir leurs bénédictions.

Rédigé et traduit par China Tibet Online
(Rédactrice: Caroline)