« Au-delà des nuages » - Lijiang en 1995

Publié le 2017-09-12 à 13:24  |  French.china.org.cn

Au début des années 1990, une série de documentaires intitulée « Beyond the Clouds » (Au-delà des nuages) a présenté aux téléspectateurs britanniques une ville éloignée et ses habitants, venus des montagnes du sud-ouest de la Chine. Les cinéastes avaient sérialisé la vie de la nationalité ethnique Naxi, vivant à Lijiang, dans la province du Yunnan. Leur vie traditionnelle s'y poursuivait, comme si le temps s'était arrêté, contrastant avec les zones côtières orientales en évolution rapide.

Blottie sous les sommets glacés du mont des neiges du Dragon de Jade (yulongxueshan), Lijiang se trouvait sur la « Route du thé » (chamagudao) entre Pu'er, dans le Yunnan, et Lhasa, au Tibet. En tant qu'intermédiaires, les Naxis ont prospéré, tout comme Lijiang avec son architecture domestique unique et spacieuse -des maisons distinctives à deux étages avec des cours arrière disposées dans un réseau de canaux à écoulement rapide. A part des chevaux, aucun véhicule ne passait là, ce qui signifiait des allées étroites et pavées de pierre zébrant un dense labyrinthe de bâtiments centré sur la place du marché. Les toits carrelés uniques et la pure compacité de la vieille ville sont mieux visibles depuis la Colline du Lion.

En juillet 1995, je suis parti de Beijing -quarante-sept heures en train jusqu'à Kunming, suivies d'un long trajet en car vers Dali. Entre la montagne Cangshan et le lac Erhai, le vieux Dali enserré dans ses murs était petit, unique et magnifique ! Un autre bus le long de l'autoroute Yunnan-Tibet, près de Shigu (Premier méandre sur le Yangtsé), puis nous avons tourné juste avant de monter et monter encore une route offrant des vues de plus en plus spectaculaires avant de déboucher sur une vaste vallée entourant le vaste lac de Lashihai dominé par le mont des neiges. Lijiang s'apprêtait à s'ouvrir à nos yeux, je pouvais sentir l'attente grandir. Mon espoir sembla toutefois s'effondrer lorsque nous entrâmes dans une indescriptible gare routière entourée d'appartements en béton et de bâtiments administratifs de faible hauteur. Pas du tout ce à quoi je m'attendais et aucun signe de « Gucheng », la vieille ville dépeinte dans la série télévisée !

Après avoir réservé une chambre au Red Sun Hotel, prisé des voyageurs et situé près de l’Étang du Dragon Noir (heilongtan), je me suis dirigé vers un café affichant un panneau « Menu in English » - un panneau toujours bienvenu ! Dégustant des spécialités locales, dont le « Naxi Baba », avec des pommes de terre et des légumes au curry, j'ai demandé à la serveuse où se trouvait le Lijiang historique -elle a souri, me montrant une fenêtre en disant « Allez par là, vous ne serez pas déçu ! ». Quelques minutes plus tard, avec un sourire aussi grand que la Lune, je chantais « I'm in heaven » (Je suis au paradis) tandis que je pénétrais dans les ruelles pavées et étroites de la vieille ville bordée de l’iconique architecture de bois rouge et de pierre des Naxi -exactement comme je l'avais imaginée ou peut-être même mieux encore, tant il est vrai qu'aucun film ne pourra jamais restituer la sensation d'être vraiment là. Les deux semaines suivantes qui allaient suivre seraient quelques-uns de mes meilleurs moments de voyage...

(Rédactrice: Caroline)