Lhassa accueille le printemps en riant

Temps: 20.03.2017, 13:08 Source:China Tibet Online

En mars, la température augmente progressivement sur le plateau enneigé. Les fleurs des pêchers s'ouvrent à Lhassa, les peupliers bourgeonnent, et tout est plein de vitalité.

Le 14 au matin, le soleil d'or sort des collines, et le Palais du Potala est recouvert d'une couche de manteau d'or. Une colombe blanche plane au-dessus de la place; des touristes photographient sur la terrasse d'observation de la place et capturent la beauté du Palais du Potala; certaines personnes religieuses font tourner des roues de prière, et marchent autour du Palais du Potala.

Sur le côté nord du Palais du Potala se trouve le parc Zongjiaolukang, où de petits groupes de personnes âgées font des exercices au matin. Sur une zone de fitness dans un coin du parc, Lobsang, âgé de 67 ans, et sa femme font des redressements assis, et les deux vieux ont une allure chaleureuse, et discutent en riant.

Lhassa accueille le printemps en riant

« Nous nous levons à 6 h 30, et nous prenons le bus pour venir prier au Palais du Potala, puis nous faisons un peu d'exercice dans le parc, et nous buvons du thé sucré. Ainsi, nous passons nos matins, » dit le vieillard Lobsang.

Comme il n'y a pas de travail pour eux, Lobsang et sa femme au cours des dernières années ont bénéficié d'indemnités de subsistance. Il a déclaré aux journalistes que leur vieux couple marié peut recevoir 1000 yuans par mois, et c'est assez pour leurs dépenses, et ils n'ont pas de soucis pour manger et boire, et dans leurs temps libres, ils font aussi des lampes à beurre pour gagner un peu plus d'argent.

Sur la route sud de Norbulingka, Dhondup, 32 ans, est occupé à réparer une automobile dans son atelier. Il vient de Shigatsé, et il a appris à réparer des automobiles à Lhassa pendant 8 ans, et l'année dernière, il a ouvert son propre atelier de réparations.

Lhassa accueille le printemps en riant

« Auparavant, je faisais des boulots dans le magasin 4S dans la zone de développement économique, et j'ai appris en lavant des voitures, en faisant l'entretien et des réparations, » a déclaré Dhondup, « Mon maître mécanicien s'appelait Wu, il était originaire du Sichuan, et ses compétences étaient bonnes, et c'était mon meilleur ami, et il a encouragé ma boutique ».

« Au cours des dernières années, il y a de plus en plus de voitures à Lhassa, et mon entreprise va bien, » dit Dhondup avec un sourire.

À 12 h, le journaliste de CTO a vu à la porte du monastère Drepung de Lhassa que les visiteurs arrivaient en grand nombre. Dans la grande salle à l'intérieur du temple, les moines sont assis sur les tapis et lisent des écritures. Les visiteurs curieux viennent les voir et repartent d'un pas léger.

« Dans le monastère de Drepung on peut voir plus de la moitié de Lhassa, mais l'altitude est un peu haute, et c'est fatigant. C'est la première fois que je viens au Tibet, et Lhassa est plus développé que je le croyais, les rues sont propres, et l'ordre règne, » dit Gao Jie, un touriste de Shenzhen.

Les données montrent que l'année dernière, le Tibet a reçu 23,15 millions de voyages de touristes nationaux et étrangers, générant un revenu total du tourisme de 33 milliards de yuans, avec une croissance à deux chiffres d'année en année.

Dans l'après-midi, devant le temple de Jokhang à Lhassa, la fumée monte vers le ciel; sur la rue Barkhor, les touristes sont très nombreux. Les propriétaires des boutiques le long de la rue accueillent chaleureusement les invités et négocient les prix; des personnes âgées sont assises dans la rue, et profitent du soleil en regardant les gens aller et venir tranquillement; les enfants sur la rue jouent et courent sans soucis...

Source: Agence de Presse Xinhua
Traduit par China Tibet Online
(Rédactrice: Caroline)