Notes de voyage: Seda, un cheval doré sur la glace blanche (Ⅱ)

Temps: 18.03.2017, 09:48 Source:China Tibet Online

Affecté par les conditions historiques naturelles, le degré de développement social local de Seda est relativement faible, et l'atmosphère religieuse est relativement forte. Les gens croient ici les mythes et les légendes, et l'histoire de Gesar est partout répandue, et on peut voir partout des reliques de Gesar. Les gens ici respectent la vie et la foi. Ici, la principale couleur est le rouge, car les temples sont rouges, les maisons sont rouges, les habits des moines sont rouges, et les vêtements des éleveurs est toujours enclins vers le rouge, et même la ville est rouge. Les gens ici sont vieux, et ils arrivent à peine à marcher, et s'ils ne somnolent pas près du feu, c'est qu'ils vont prier au temple, et tourner autour des pagodes. Par conséquent, à proximité de presque tous les temples se trouvent des zones d'habitations similaires. Pour faciliter la vie aux personnes âgées qui viennent prier, les gens locaux ont construit une maison près du temple à leurs propres frais.

Par conséquent, le temple bouddhiste est devenu de plus en plus grand, et les moines, les personnes âgées, les familles vivent ici de manière mélangée, formant une réelle petite communauté.

Notes de voyage: Seda, un cheval doré sur la glace blanche (Ⅱ)

Seda est situé à la jonction du Qinghai et du Sichuan, entre l'Amdo et Kham, et peu importe dans quelle direction vous regardez, tout semble trop loin du centre de la ville. Sans parler de Chengdu, Xining, Lhassa, Kunming, qui sont toutes à plus de 440 kilomètres de la préfecture autonome de Kangding. Jusqu'aux années 1950, ici était mis en œuvre un système tribal, et le chef tribal est le véritable dirigeant ici, et aucun gouvernement de la région n'avait une juridiction administrative efficace, inutile de parler des constructions. Lors des préparatifs pour la construction des bureaux de comté en 1952, Seda n'avait que de 30 tentes noires et blanches. En 1956, la première structure pierre et de bois fut construite, dans ce de ce qui est maintenant devenu le siège du comté.

Peut-être est-ce parce que la grande ville est loin, et que la région est fermée par les montagnes, mais de nombreux temples de Seda sont de taille relativement importante, mais presque aucun n'ont de plan de construction, et ils montrent un aspect d'encombrement général. De plus, les temples de Seda sont essentiellement de la secte Nyingma, qui n'est pas aussi stricte que la secte Gelugpa à l'égard de la gestion du personnel, et donc, il existe probablement deux types de temple. L'un est un type dispersé, avec une grande surface de temple, mais pas beaucoup de gens à l'intérieur, comme le temple Jine, car bien qu'il semble occuper le flanc de la montagne, il ne comporte que 100 moines, et les moines sont tous présents seulement lors des cérémonies religieuses 4 fois par an,car habituellement, la plupart d'entre eux rentrent chez eux pour travailler à la maison, et pour prier pour les gens de leur village. Une autre est le type concentré, comme l'Institut bouddhiste Wuming du temple Larong. Dans une vallée creuse, des moines étudient les écritures, des nonnes prient, des personnes âgées vivent, des amis et des parents y trouvent refuge, des invités y résident, et des gens de partout y affluent et ainsi de suite. De nombreux visiteurs curieux sont attirés par le pays imaginaire du Tibet, et sont souvent choqués par le spectacle de l'Institut bouddhiste Wuming.

Notes de voyage: Seda, un cheval doré sur la glace blanche (Ⅱ)

Les gens qui passent rapidement ou qui restent à l'écart n'ont pas une idée claire de la composition du personnel du temple, ne comprennent pas les règles de pratique, et ils ne se soucient pas des courants d'air et des fuites dans le bâtiment, des ordures et des eaux usées, de la sécurité alimentaire de l'eau potable, des foyers de maladie, des risques pour la sécurité sociale, encore plus effrayant est l'électricité et le gaz, qui pourraient provoquer un incendie à tout moment, avec des conséquences désastreuses. À l'égard de si grands temples, certains sont aventuriers, certains sont spectateurs; certains font des éloges, et d'autres des reproches; certains veulent y entrer, et certains s'y excluent. Nous devons respecter les croyances et la vie, mais aussi respecter ceux qui prennent soin de ces groupes vulnérables qui viennent ici, mais je crains qu'il faille une connaissance objective et rationnelle, des sentiments humains sincères, et des mesures de gestion nécessaires.
Source: China Tibet Online
Traduit par China Tibet Online
(Rédactrice: Caroline)