Réforme: Les changements dans les médias au Tibet

Publié le 2017-11-23 à 10:59  |  China Tibet Online

Ze Yu est une docteure en journalisme, c’est aussi une Tibétaine d’origine, et elle est engagée dans le journalisme. Chaque année, elle sort de son université pour étudier dans les zones rurales et pastorales. Elle a dit que le Tibet n'est plus un endroit isolé et bloqué par les vallées alpines, et que les médias modernes couvrent le Tibet. Le Tibet, qui est plein de vitalité inhérente au développement social et économique, est engagé dans un échange et un dialogue avec le monde de la manière la plus commode.

Dans son enquête, qui s’est déroulé dans les cantons de Gyacoxung et de Jangdam de Shigatsé, bien que seulement une vingtaine de kilomètres séparent les deux endroits, le transport est difficile en raison des hautes montagnes. Ainsi, en raison du contact avec le monde extérieur, les méthodes d'accès à l'information sont différentes, ce qui fait une différence significative dans leur vie et leur développement économique.

Ze Yu pense que : « Dans un village qui a pu acquérir la prospérité au Tibet, l'exposition médiatique et la connaissance de l'information des villageois sont significativement différentes de ceux des villages qui ne sont pas aisés. Une information riche continuera à compléter toutes sortes de manques de connaissances parmi les villageois, contribuant ainsi à l’expansion continue de nouveaux canaux de richesse. »

La photo montre comment des agriculteurs et des bergers diffusaient des informations dans le passé. Photo : Ze Yu

Les journaux, la radio, la télévision et les autres médias du Tibet ont commencé à se développer plus tard que dans d’autres régions développées. Cependant, le développement de l'Internet a commencé en même temps que les autres provinces. Sur la rue Barkor à Lhassa dans les années 1990 du siècle dernier était un des endroits avec le plus de cybercafés. Plus tard, avec le développement de la technologie d'Internet, l’accès dans les familles tibétaines est devenu plus commun.

Près de 1,76 million d'internautes vivaient au Tibet en 2013, et le taux de pénétration d'Internet avait atteint 58,6 %. Au cours des dernières années, avec la popularité des téléphones intelligents, les agriculteurs ordinaires et les bergers préfèrent utiliser le logiciel WeChat pour envoyer dans leur cercle d'amis toutes sortes de beaux paysages et exprimer leurs sentiments, créant un autre nouveau monde dans le paysage médiatique.

Dans sa recherche Ze Yu a rencontré Kelsang, un éleveur qui ne sait pas bien écrire et qui n'utilise pas d'ordinateurs, mais qui aime écouter des chansons. De temps en temps il demande de l'aide pour télécharger dans son téléphone les chansons les plus populaires. Son téléphone est devenu le meilleur lecteur et entrepôt de musique.

« Internet + commerce en ligne » est devenu une routine quotidienne pour de nombreux Tibétains. Selon le rapport sur les achats des Chinois en 2016 publié par Alipay au début de 2017, le Tibet occupe la première place dans le pays avec une part de 90,3 % des paiements mobiles. Les consommateurs tibétains représentent plus que la moyenne nationale en termes de leur part dans les terminaux mobiles. Selon les statistiques de l’autorité des communications de la Région autonome du Tibet, à la fin de 2016, la couverture du signal mobile de la région autonome du Tibet avait atteint 100 %. Le commerce électronique est également devenu un moyen pour les Tibétains de communiquer avec le monde.

Auteur: Wang Xi
Rédigé et traduit par China Tibet Online
(Rédactrice: Caroline)