Une petite rue tibétaine

Publié le 2017-11-22 à 09:21  |  China Tibet Online

Bengke est une petite rue typique des régions tibétaines. La région de Chaggo de la préfecture de Garze est située dans la région tibétaine de la province du Sichuan, dans le sud-ouest de la Chine. Comme la plupart des petites villes en Chine, cette rue commerciale est là où les résidents et les éleveurs du comté viennent acheter des produits de première nécessité, et c'est aussi là où se trouvent les bâtiments centraux de la région.

En tibétain, « Beng » signifie « bois attaché », et « Ke » veut dire « maison » — « Beng Ke » veut donc dire « maison en bois ». Sur la rue Bengke, on peut admirer la rivière Qiuri, mais aussi les beaux murs de sculpture, des murs de paysage exquis, et de grands bâtiments à la surface pure et belle et de couleur blanche, rouge, jaune, qui sont simples et magnifiques, et qui brillent sous le soleil du plateau.

Sur cette rue spacieuse se trouvent des bars à eau, des bars, des supermarchés, des restaurants, des salons de beauté, alignés rangée après rangée. Si ce n'était des moulins de prières et des bâtiments architecturaux tibétains, qui l’on peut voir partout, on ne peut vraiment pas croire que cette scène animée se passe dans une ville du haut plateau.

On peut voir des personnes âgées récitant des prières avec des moulins à prières à la main ; plusieurs personnes âgées discutent en buvant du thé sur des chaises de bois ; et une mère porte sa fille avec un sac à provisions et rentre à la maison.

Dans le « Supermarché paisible de céréales, de légumes et d'huile » la patronne Silang Qiji accueille les clients. Les étagères sont pleines de toute une gamme de produits, et elle a dit joyeusement en cherchant de l'argent : « Je suis native d’ici, par le passé, j’avais aussi un magasin ici ; à ce moment-là, la rue est vraiment sale et en désordre, la pluie créait de la boue, et les jours ensoleillés étaient très poussiéreux, et personne ne venait, mon entreprise n’allait pas bien, et je ne faisais qu’un millier de yuans par mois de revenus, ce qui n’était pas assez pour faire vivre ma famille. En 2016, avec la création avec succès de la rue piétonne, il y eut un grand changement ici, parce qu'à côté, sur la place Hor, de plus en plus de locaux et de touristes viennent faire du shopping, et mon petit magasin peut maintenant gagner plus de 5000 yuans par mois! »

Des pommes, des pêches, des kiwis, des noix de coco, des bananes, des pastèques, des durians... Autrefois isolées, les petites villes du plateau peuvent maintenant acheter une variété de fruits. 4FUN est le café le plus populaire sur la rue Jinjiang, et à 11 h, la patronne Dolma est déjà occupée à préparer le café, et une riche odeur de café flotte dans le magasin, et quelques invités discutent en chuchotant ; sur le mur est accroché un motif de wapiti peint à la main, un lustre pend au plafond, donnant au café un aspect élégant et artistique. Dolma dit que son magasin a récemment été déplacé de la rue commerciale, et ici, l’environnement est, il y a beaucoup de gens, surtout la nuit, les loisirs et les divertissements et les gens qui dansent et chantent sont particulièrement nombreux sur la rue Jinjiang et la place adjacente, et les affaires sont bonnes.

Auteur: Liao Ruonan
Traduit par China Tibet Online
(Rédactrice: Caroline)