Les pommes de terre sont également une source d’argent

Publié le 2017-10-12 à 09:59  |  China Tibet Online

Daocheng est situé au sud de la Préfecture autonome tibétaine de Garze, dans la province chinoise du Sichuan au sud-ouest de la Chine. Son territoire comprend la base d'éco-tourisme de Shangri-La de Daocheng avec comme centre la zone d’Aden, et comprend des glaciers, des lacs, des prairies, des cascades et d’autres paysages magnifiques. La région est connue sous le nom de « dernier morceau de terre pure sur la planète bleue ». Mais sous le soleil brillant du plateau, l'ombre de la pauvreté était aussi toujours présente.

La population totale de la région est de 32 000 habitants, et jusqu’en 2015, il y avait encore 1328 ménages pauvres de 5981 personnes. La plupart des villageois vivent des fouilles saisonnières, de la culture des champignons et de l’orge, et de l’élevage des yaks comme source principale de revenu. En 2016, les agriculteurs avaient un revenu net par habitant d’à peine plus de 3 000 yuans (environ 450 dollars).

Le villageois tibétain Dianzhu, qui a étudié au lycée, et qui est considéré comme très instruit dans le village, est souvent resté éveillé toute la nuit en pensant à comment améliorer la qualité de vie ?

Daocheng est situé dans le sud-est du plateau Qinghai-Tibet, et le manque de soutien industriel est la plus grande faiblesse qui limite le développement économique. Mais il y a des pommes de terre, de l'orge, des yaks, du poulet tibétain et d'autres matières premières alimentaires avantageuses de haute qualité.

Pourquoi choisir les pommes de terre ? Dianzhu avait sa propre idée : tout d'abord, les pommes de terre originales sont de bonne qualité, et ont de larges perspectives de développement, et sont connues comme la « pomme souterraine »; deuxièmement, Daocheng dispose d’une forte différence de température entre le jour et la nuit, et son climat est riche en lumière, son sol est mou et riche en potassium, ce qui est fait sorte que le contenu en fécule des pommes de terre est élevé, qu’elles sont libres de pollution, et qu’elles ont bon goût ; troisièmement, depuis le début de la culture des pommes de terre en 2016, le pays a offert un soutien politique au traitement approfondi, allant de la cultivation au traitement initial. Dianzhu a décidé d'explorer le chemin du traitement à forte valeur ajoutée des pommes de terre du haut plateau.

En 2016, Dianzhu a contacté Gerong, la personne responsable de la « coopérative agricole », et les deux hommes ont uni leurs forces ! Ils ont marché tout en discutant, et sont enfin allés trouver le magistrat adjoint Zou Bing. Zou Bing est une des personnes venues aider le Tibet, et il a trouvé que l'idée du jeune tibétain était très réalisable, et il a organisé des ressources d'aide au Tibet en appui.

Donc, le projet d'aide gouvernementale au Tibet a mobilisé près d'un million de capitaux de démarrage, lançant ainsi le projet de « traitement avancé de la pomme de terre ». Les soldats de l'équipe des travailleurs d'aide gouvernementale au Tibet se sont répartis en trois secteurs : un groupe dirigé par You Liping, directeur adjoint du bureau des sciences et de technologie d’agriculture et d’élevage de Daocheng ont visité l'industrie des matériaux de transformation de la pomme de terre dans plusieurs villes de la province du Henan, en réalisant un processus de différentes étapes incluant l'étude, l’inspection, les négociations, l'achat et le transport d'équipement ; une autre équipe était dirigée par le juge adjoint du comté Yin Guobing a sélectionné et mis en place le site de l'usine, a réalisé des procédures commerciales, a complété la construction et l'installation et la mise en service des équipements et du matériel ; un dernier groupe dirigé par Jia Fuquan, personnel du comité d’organisation du Parti du comté de Daocheng, a développé les canaux de vente des produits.

Le 22 novembre 2016, après 48 jours de lutte, et plus d'un million de yuans d'investissements, un test réussi des équipements de production de fécule de pomme de terre couvrant une superficie de 900 mètres carrés. À l'heure actuelle, l'usine de production de fécule de pomme de terre a été mise en service, Dianzhu et six autres jeunes tibétains locaux ont été employés, et au cours de la période d’essai, le salaire mensuel était de 3 000 yuans par personne.

Les travailleurs d’aide au Tibet ont invité un personnel technique pour donner une formation aux travailleurs locaux, et le travailleur technique Zhang Yuanjiang a dit qu’honnêtement, Gerong et ses collègues n’avaient pas un niveau très bon, mais qu’ils étaient vraiment très enthousiastes à propos de l'apprentissage, ce qui a touché leurs professeurs, qui ont vraiment voulu leur enseigner toutes les techniques. Mais ils devront encore assimiler beaucoup de choses par eux-mêmes au cours de la future production!

Pendant trois mois de travail, le travailleur Dawa a pu s’acheter une nouvelle moto. « En fait, je voulais depuis longtemps changer de moto, car elle était vieille et usée, et les réparations coutaient trop chères. Après trois mois de travail, durant lesquels j’ai économisé, j’ai finalement pu acheter une Yamaha 125! Le son du moteur est beaucoup plus agréable, haha! »

Le villageois Silang Droge venait de se marier, et souhaitait travailler dans l'usine, mais la capacité de production actuelle de l'usine ne permettait d’embaucher que six personnes, et Droge était très déçu d’avoir manqué sa chance, mais Dianzhu le réconforta: « Ne t’inquiète pas, retourne chez toi et cultive bien tes propres pommes de terre, car les coopératives et les villages ont conclu un accord, et on prévoit signer avec les agriculteurs des accords d'acquisition de pommes de terre. Si ta famille produit 1200 livres de pommes de terre, en plus des dividendes sur les bénéfices, ton revenu sera également très impressionnant! Après l'agrandissement de l’usine de transformation de la pomme de terre, on aura besoin d'augmenter le personnel, et je vais aussitôt t’informer de venir poser ta candidature! »

Le « rêve de traitement des pommes de terre » de Dianzhu fait face à beaucoup de défis, notamment en termes de la qualité des produits, des canaux de vente, de la sécurité alimentaire.  Mais ils croient que cette carrière qu’ils débutent à peine sera couronnée de succès. Cela ne concerne pas seulement la carrière de Dianzhu, mais c’est aussi la route de la réduction de la pauvreté par le traitement agricole pour le petit village tibétain d’Aden de Daocheng. Cette usine de transformation de la pomme de terre pourra servir au développement de l'orge du plateau, et fournira un exemple pour l'industrie de l'huile de colza et d'autres produits agricoles.

Auteur: Wang Tao
Traduit par China Tibet Online
(Rédactrice: Caroline)