Cinq points pour comprendre la lutte du Tibet contre la pauvreté

Publié le 2017-10-11 à 10:12  |  China Tibet Online

La lutte ciblée contre la pauvreté: Par l'établissement d'une législation et de dossiers, le Tibet a réalisé une identification précise des objets des programmes de réduction de la pauvreté, et en quatre ans, la région a sorti de la pauvreté plus de 500 000 personnes.

Identifier la cible de la réduction de la pauvreté est la clé des programmes de réduction de la pauvreté. Le bureau de lutte contre la pauvreté de la région autonome a progressivement mis en place un mécanisme ciblé de réduction de la pauvreté, pour mener à bien le travail de mise sur pied d’un système de dossiers pour les ménages pauvres, pour analyser des causes de la pauvreté, et pour diriger les fonds spéciaux limités de réduction de la pauvreté vers les familles pauvres dans le besoin.

Après avoir identifié l'objet des programmes de réduction de la pauvreté, le Tibet fait des gens « capables » l'une des principales forces de réduction de la pauvreté, mettant en pratique le principe de « s’enrichir d’abord et aider les autres à s’enrichir ensuite ».

Le directeur adjoint du bureau de lutte contre la pauvreté de la ville de Lhassa, Tsering dit: « Ces gens capables ont de l'expérience, les technologies, ils ont de l'esprit, et ils ont la capacité de sortir les ménages pauvres de la pauvreté. En les aidant à mener à bien un certain nombre de projets, on peut aider à augmenter le revenu des familles pauvres, et il y a aussi d'autres dividendes et la sécurité des revenus, l'effet est évident. »

La lutte contre la pauvreté par l'industrialisation : Les populations pauvres comptent sur le développement industriel pour augmenter leurs revenus. En juillet 2017, le Tibet a permis à 34 000 personnes de sortir de la pauvreté grâce à l'industrialisation, et plus de 130 000 personnes sont devenues des bénéficiaires des politiques d'allégement de la pauvreté par l'industrialisation.

La région autonome du Tibet se base sur la réalité, et a fait de l'industrie de la plantation, de l'aquaculture, de l’industrie de la transformation des produits agricoles et de l'élevage, l'artisanat national et l'industrie du tourisme les cinq principales industries au centre de ses politiques de réduction de la pauvreté. À Lhassa, par exemple, de 2011 à 2014, un total de 692 projets de lutte contre la pauvreté et de développement ont été mis en œuvre avec des investissements de 716 millions de yuans, et le revenu disponible par habitant des agriculteurs et des éleveurs a augmenté de 16,63 %, monté en 2014 à 9258 yuans.

L'expérience de la réduction de la pauvreté au Tibet dépasse les frontières de la région. Le « Rapport sur le développement humain de la Chine en 2016 », publié par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), a spécifiquement exploré le modèle chinois de « réduction de la pauvreté dit de “transfusion sanguine” » grâce à l'aide « hématopoïétique ». Le rapport a célébré la compagnie des eaux minérales du Tibet 5100 Mineral Water Co., Ltd., qui selon les ressources locales et les conditions, a mis en œuvre un développement de l'industrie avantageuse et caractéristique de la région pour soutenir la réduction de la pauvreté et le développement inclusif.

La lutte contre la pauvreté dans le domaine de l’éducation: Le secrétaire général du Parti Xi Jinping a déclaré: sortir de la pauvreté passe par la connaissance, et améliorer la qualité d’éducation de la population des zones pauvres est fondamental pour la lutte contre la pauvreté. Ces dernières années, la région autonome du Tibet a attaché une importance à l'infrastructure éducative, et a augmenté les investissements dans l'éducation. Il faut renforcer la normalisation scolaire et la construction d'internats, la mise en œuvre du programme de réforme pour les écoles plus faibles, et la priorité devrait être accordée à la construction d'écoles dans les villages des populations déplacées aux fins de lutte contre la pauvreté. Selon les statistiques, depuis le 12e plan quinquennal, les autorités d’aide à tous les niveaux ont mis en œuvre des fonds d'aide de 1,274 milliards de yuans, ont aidé des écoles totalisant 485 700 mètres carrés, ont fait don de 490 000 livres, et ont construit 50 laboratoires.

Le Tibet a réalisé le régime de 15 ans d'éducation gratuite de la maternelle jusqu’au lycée. En 2016, le taux de scolarisation de l'enseignement préscolaire au Tibet est passé de 45,2% en 2012 à 66,24%. Le taux d'inscription dans les écoles primaires tibétaines a atteint 99,16%; le taux d'inscription au secondaire est monté à 75,94%, et le taux de scolarisation en enseignement supérieur était de 30,26%.

La lutte contre la pauvreté dans le domaine du tourisme: L'atténuation de la pauvreté dans le domaine du tourisme passe par le développement de ressources touristiques, le développement de l’industrie du tourisme, la fourniture d’emplois aux résidents pauvres, la création de nouvelles opportunités d'affaires, permettant aux gens de sortir de la pauvreté par leurs propres efforts.

Le Tibet est vaste, sa géomorphologie est diverse, et en plus de la culture traditionnelle tibétaine et de la culture religieuse sacrée, son développement du tourisme dispose d’un avantage naturel.

À l'heure actuelle, les agriculteurs et les bergers de la région ont créé 1669 hôtels familiaux, dont 70 sont des familles pauvres. 99 disposent de conditions de développement du tourisme dont la capacité de développement du tourisme dans les villages pauvres continue d'augmenter. La population pauvre directement engagée dans les services touristiques se chiffre à 40 000 personnes ou plus, et jusqu'à 100 000 personnes sont engagées indirectement dans les services touristiques, permettant à 26 000 personnes de se sortir de la pauvreté.

La lutte contre la pauvreté dans le domaine de la santé: Les établissements médicaux sont en retard et il y a un manque du personnel médical et de santé, ce qui est un obstacle qui restreint le développement des soins médicaux et de soins de santé au Tibet. Ces dernières années, la commission nationale de la santé ajoutera des fonds et créera de nouveaux projets et de nouvelles politiques qui sont principalement axés sur les régions pauvres et profondes, telles que la région autonome du Tibet.

Wang Pei'an, directeur adjoint de la Commission de surveillance de la santé publique, dit qu’il faut réduire davantage le fardeau des travailleurs médicaux et pastoraux, en mettant en œuvre un système unique de traitement d’abord et de paiement après.

Il faut approfondir le travail d’aide au Tibet sur la base des « groupes » de personnel médical, afin d’améliorer la capacité des services médicaux des hôpitaux bénéficiaires, la construction du personnel et des disciplines, et créer un système de classification des hôpitaux.

Il faut orienter les fonds du projet, faire des efforts pour améliorer les services médicaux et de santé dans les régions agricoles et pastorales, améliorer considérablement la capacité de diagnostic et de traitement critique.

En même temps, il faut construire un certain nombre de centres médicaux régionaux, construire un certain nombre d'hôpitaux centraux clés, il faut soutenir la mise en place des points médicaux dans les régions aux prises avec des inconvénients de circulation et dans les villages naturels avec une population plus concentrée, afin d’améliorer les capacités de traitement d'urgence, de connaissances des maladies communes, et des maladies récurrentes. Il faut renforcer l'éducation sanitaire et la promotion de la santé, soutenir vigoureusement le développement de la médecine tibétaine, et aider le Tibet à améliorer la qualité de ses citoyens en matière de santé.

Rédigé et traduit par China Tibet Online
(Rédactrice: Caroline)