Faits et chiffres sur la gouvernance du PCC

Publié le 2017-10-24 à 11:45  |  French.xinhuanet.com

BEIJING, 2 octobre (Xinhua) -- Depuis le 18e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) qui s'est tenu en 2012, le Comité central du PCC a décidé de renforcer la gouvernance du Parti.

Ces cinq dernières années, le Comité central du PCC a inlassablement traité le problème des "quatre formes de décadence", à savoir le formalisme, la bureaucratie, l'hédonisme et l'extravagance.

Fin 2016, 155.300 infractions au code de frugalité en huit points ont fait l'objet d'enquêtes, selon la Commission centrale de contrôle de la discipline (CCCD) du Parti.

78,2% de ces infractions ont été commises en 2013 et en 2014, 15,1% en 2015, et 6,7% en 2016, représentant une baisse remarquable chaque année.

Le PCC a accéléré sa lutte contre la corruption, ciblant évidemment les "tigres" (hauts fonctionnaires) et les "mouches" (fonctionnaires ordinaires).

A la fin de l'année dernière, la CCCD a mené des enquêtes sur 240 fonctionnaires de l'administration centrale, sanctionnant 223 d'entre eux. Les départements chargés de l'inspection disciplinaire et de la supervision à l'échelle nationale ont enregistré 1,162 million de cas de corruption et puni 1,199 million de personnes.

Un total de 2.566 fonctionnaires qui s'étaient enfuis à l'étranger ont été arrêtés d'après le bilan de la fin de 2016, et 8,64 milliards de yuans (1,3 milliard de dollars) ont été récupérés. Parmi les cent fugitifs chinois faisant l'objet d'une notice rouge d'Interpol, 43 ont été arrêtés.

Le PCC a également travaillé sur les règles à l'intérieur du Parti. Ces cinq dernières années, le Comité central du PCC a formulé ou modifié 88 réglementations du Parti, soit 47% du total des 188 règlements.