Les moines bouddhistes et la photographie

Publié le 2018-04-09 à 19:25  |  China Tibet Online

Ren Jianjun a pris le nom tibétain de « Langgar » qui signifie ciel, pour démontrer sa passion pour les Tibétains et sa fascination pour le ciel du plateau de Qinghai au Tibet.

En 1996, alors qu’il était encore soldat, Ren Jianjun s’est mis à la photographie. Le fait de se rendre très souvent à Lhassa à éveillé chez lui un grand intérêt pour les coutumes tibétaines et, depuis 1997, son intérêt pour tout sujet relatif au Tibet. Sa passion pour la photographie et sa fascination pour les régions tibétaines ont incité Ren Jianjun à abandonner définitivement sa carrière d'officier en 2004 pour se lancer dans une carrière de photographe.

Les moines du monastère de Kumbum déploient un Thangka géant (Toile représentant le Bouddha)

Les photographies de Ren Jianjun se concentrent sur la région ouest de la Chine, et plus particulièrement sur les coutumes folkloriques et écologiques de la région tibétaines et de la région ouïghoure du Xinjiang.

A travers ses séries photos, il a déjà abordé les thèmes suivants :
-Les mariages polyandres dans les zones agricoles du sud du Tibet
-Les conditions de vie de l’ethnie Kazakhe dans le bassin du Qaidam
-L’impact de la construction et de la mise en circulation de la ligne ferroviaire Qinghai-Tibet sur la vie des agriculteurs et bergers vivant le long de la ligne
-Les traits culturels tibéto-chinois du culte du Bön dans le disctrict de Regong et dans la préfecture de Huangnan, etc.

Très persévérant en photographie, il y a déjà 50 fois que Ren Jiajun est allé au Tibet

Les moines soufflant dans le Wutun Shangsi pendant la danse traditionnelle du Qiangmu (羌姆 en chinois)

Les Temples et les Lamas sont des images importantes que l’on retrouve dans photographies de Ren Jianjun

Source: Géographie humaine du Tibet
Traduit par China Tibet Online
(Rédactrice: Caroline)