Tsegyel, la « reine de repa »

Temps: 08.06.2017, 11:25 Source:China Tibet Online

Chamdo est le berceau de la culture Kham du Tibet, et c’est ici que sont nées les trois formes de danse ethnique tibétaine : repa, danse de la harpe et danse guozhuang. En 1969, Tsegyel est née ici, et son destin l’a liée à la danse repa.

Tsegyel avait l'habitude de regarder toute une variété de spectacles de danse, et à chaque fois elle les trouvait passionnants, et elle voulait danser au rythme. Ainsi, à 19 ans, Tsegyel a commencé à visiter des vieilles artistes de danse repa, à recueillir et résumer une douzaine de différents styles de danse repa. Tsegyel s’est également déplacée pour danser dans les 13 comtés de Chamdo.

Pour apprendre la danse et le chant repa les plus authentiques, Tsegyel a vécu avec le vieil artiste et professeur Tashi Choedron, et elle le suivit partout dans ses représentations pour son apprentissage des différentes danses repa.

Tsegyel dit: « Les spectacles de danse repa ne se limitent pas au Tibet, il faut que tout le pays et le monde puissent les voir. » Avec cette responsabilité dans la tête, après son apprentissage, Tsegyel a commencé à créer ses propres œuvres de danse repa, et depuis 1990, elle donne des représentations à l’étranger. Le programme « Les tambours du Tibet oriental » et d'autres programmes qu’elle a créés ont été présentés aux États-Unis, au Japon et dans plus de 10 autres pays à des centaines de reprises, et des amis étrangers l’ont salué comme « un spectacle incontournable de la Chine. »

Tsegyel ne cesse d'explorer, et elle combine des concepts esthétiques modernes et ajoute de nouveaux éléments artistiques. Elle a commencé à adapter et innover la vieille danse repa, pour peu à peu enrichir les mouvements de la danse repa, afin que plus de gens connaissent et aiment la danse repa.

Dans ce cas, Tsegyel, qui manquait de connaissances théoriques profondes, a décidé d’entrer à l'université du Tibet, et après avoir terminé l’université, elle a choisi de rester à l'école pour enseigner, et c’est ainsi que la danse Repa a été officiellement introduite dans le campus universitaire. « Le patrimoine culturel immatériel de la danse repa ne doit pas se limiter à la scène, car l'enseignement est la meilleure façon de protéger le patrimoine de la danse repa, » dit Tsegyel.

À l'heure actuelle, Tsegyel, qui est professeur agrégé du Département de danse du Collège des arts de l'Université du Tibet, a mis toute l'énergie dans la formation de talents de danse de repa. Au fil des ans, elle a formé des milliers d'étudiants, et beaucoup d'entre eux sont venus de l'étranger pour étudier auprès d’elle.

Source: China Tibet News
Auteur: Han Hailan
Traduit par China Tibet Online
(Rédactrice: Caroline)