Une peintre tibétaine adhère à la foi

Temps: 02.05.2017, 09:55 Source:China Tibet Online

« C’est beau, rien d'autre, je peins parce que c’est beau, indépendamment du sens ou de la profondeur ! » dit la peintre tibétaine Tangsedawa sur ses véritables sentiments intérieurs.

Tangsedawa est née à Nyingchi, et dans son enfance, elle aimait rester assise près de son père, regardant toute la variété de fleurs et d’oiseaux qu’il peignait sur son propre cabinet tibétain.

Elle croit que son éducation élémentaire en peinture provient véritablement de son père.

 

L’amour et l’adhérence de Tangsedawa à la peinture lui ont permis d’avoir une occasion précieuse de se rendre en formation à l’Académie des Beaux-Arts du Zhejiang, à Hangzhou, et après son retour de l'école, elle est devenue professeure d'art au Centre de jeunesse de Lhassa. Pendant ce temps, elle a passé deux ans à suivre des cours de peinture de thangkas à l'Université des Arts du Tibet et à faire une étude systématique de la peinture des thangkas traditionnels, afin de conformer ses propres œuvres avec les formes d'art contemporain sans perdre les caractéristiques des arts nationaux traditionnels.

Les œuvres de Tangsedawa lui ressemblent, elles sont aussi simples et pures. Dans la vie urbaine rapide, pleine de bruit et de l'agitation et de gens impétueux, peu de gens sont prêts à ralentir ou à se calmer et réfléchir. Le Tangsedawa a toujours insisté sur l'intention originale de ses propres peintures : une fleur, un nuage, un temple, un homme... Tout peut refléter la beauté dans ses peintures et dans ses yeux.

Source: China Tibet
Traduit par China Tibet Online
(Rédactrice: Caroline)