Lhassa

Histoire: la jeunesse tibétaine qui s’est sacrifiée dans la guerre anti-japonaise

Temps: 06.02.2017, 09:05 Source:China Tibet Online

Histoire: la jeunesse tibétaine qui s’est sacrifiée dans la guerre anti-japonaise

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Chine était le principal champ de bataille à l'Est : le pays qui a combattu pendant le plus long temps, qui a payé le plus gros prix, qui a le plus combattu et détruit des troupes japonaises. La Chine a également directement et indirectement participé à la guerre européenne, au Pacifique, en Afrique du Nord et aux autres grandes batailles, et a apporté une contribution indélébile à la victoire finale dans la guerre mondiale anti-fasciste.

Face à l'agression, le peuple chinois de toutes les nationalités était impliqué dans la guerre sino-japonaise, y compris les moines et laïcs tibétains. Le peuple tibétain a participé aux activités anti-japonaises, en faisant des dons de produits alimentaires, et en priant pour la victoire dans la guerre. Des combattants tibétains faisaient également partie de la direction des forces armées du Parti communiste Chinois. Certains d'entre eux ont mené la guerre contre le Japon, et certains sont également devenus des membres de la Force expéditionnaire chinoise, et beaucoup sont morts dans des pays étrangers, n’ayant pas le temps de revoir la terre de Kham où ils sont nés ; certains Tibétains faisaient également partie de la première génération des pilotes et ont combattu le Japon.

Sherab Nyima, tibétain et professeur érudit de l’Université centrale des Nationalités et son étudiant Li Shuang ont trouvé dans des archives de Wuhan de nombreuses listes de noms tibétains, et ils ont lancé une enquête académique. Leur enquête a révélé qu’un groupe de Tibétains a résisté à l'agression japonaise et a combattu lors de la guerre anti-japonaise, et se sont sacrifiés.

Selon Sherab Nyima, l’Académie militaire de Huangpu forme avec West Point aux États-Unis, l’Académie royale militaire britannique de Sandhurst, l’Académie militaire Frounzé de Russie les « quatre grandes académies militaires du monde ». Parmi les étudiants de l’école centrale d'officiers se trouvent plusieurs noms tibétains, dont Jiang Xinxi, He Tetsin, Lotsang Dorje, Lobsang Phuntsok, Kelsang Chophel, Lotsang Langjie, et d’autres, qui sont des noms typiques des Tibétains du Qinghai.

Par la suite, Sherab Nyima a trouvé la liste des cadets de l’Association des diplômés de la seizième année de l'Académie militaire de Huangpu, et à partir de la liste, il a déduit que 21 soldats étaient tibétains (n’incluant pas les Tibétains qui utilisent des noms des Han). La plupart sont des Tibétains du Qinghai, leurs âges sont généralement entre 19-28 ans. Mais peu de choses étaient connues au sujet du sort de ces jeunes soldats tibétains.

« À la fin de l'année dernière, je suis tombé sur un article parlant de l'Académie militaire de Huangpu. En lisant, j’ai senti tout à coup un sentiment étrange et tragique. L’article faisait une référence particulière au fait que les statistiques montrent que, après la capitulation du Japon,seuls 11 000 diplômés de l’Académie militaire de Huangpu étaient parmi les survivants d'après-guerre, par rapport aux 200 000 étudiants dans la période d’avant-guerre, et les cadets de Huangpu se sont sacrifiés à un taux de 95 %. » dit Sherab Nyima.

Il a continué : « À ce stade, j’ai remarqué que le groupe d'étudiants de la 16e année vivait la période la plus difficile de la guerre anti-japonaise. De toute évidence, ils ont fait sur le champ de bataille le sacrifice ultime pour le pays qu'ils aiment. Ils ont prouvé avec leur vie que le peuple chinois de toutes les nationalités a créé et a défendu ce pays multiethnique unifié. »

Source : China Tibet Online

Auteur : Sherab Nyima

Traduit par China Tibet Online

(Rédactrice : Amélie)