Beijing et l'île de France signent un programme d'action conjoint durant la visite de Valérie Pécresse

Publié le 2018-06-14 à 11:55  |  French.china.org.cn

Le 12 juin, durant la conférence de presse organisée à l'ambassade de France en Chine pendant la soirée, la présidente du Conseil régional d'Île-de-France Valérie Pécresse a présenté devant une centaine de journalistes chinois et étrangers le Programme d'action conjoint entre le gouvernement municipal populaire de Beijing et la région Île-de-France 2018-2023 qu'elle a co-signé avec le maire de Beijing Chen Jining. Le matin même, un Centre d'innovation d’Île-de-France avait été inauguré à Beijing, afin de promouvoir les échanges scientifiques et technologiques entre la Chine et la France, encourager les entreprises à coopérer pour innover, les aider à s'intégrer dans leurs marchés réciproques et réaliser des bénéfices mutuels.

Elle a rappelé que la coopération entre l'Île-de-France et la municipalité de Beijing fête déjà son trentième anniversaire, et que sa visite en Chine avait pour objectif de voir la qualité de la coopération bilatérale continuer de s'améliorer.

Malgré la distance géographique, Beijing et Paris nourrissent une amitié de longue date. Depuis la signature du premier accord de coopération entre les deux villes, trois décennies se sont écoulées. Aujourd’hui, dans les perspectives de développement urbain orienté vers l'avenir et de modernisation industrielle, les deux villes ont des idées similaires et ont atteint un consensus sur de nombreux aspects tels que l'innovation et le développement intelligent et durable.

Dans ce contexte, la signature du Programme d’action conjoint permettra aux deux villes de travailler ensemble pour un développement mutuel. Cela encouragera aussi les échanges dans les domaines des sciences et technologies, de l'investissement et du tourisme, ainsi que dans les énergies renouvelables et le développement durable.

L'ambassadeur de France en Chine Jean-Maurice Ripert a affirmé l’engagement de l’ambassade et des autres administrations à promouvoir les échanges dans l'économie, le commerce, les sciences, l'éducation et le tourisme, afin de réduire la distance entre les deux peuples. Il a souhaité à tous la bienvenue en France et dans la région Île-de-France.

La région Île-de-France a une tradition d'innovation et de développement: elle détient 40 % des institutions de recherche du pays et 50 % des écoles d'art. En juin 2016, la région a annoncé son ambition de créer la plus grande ville intelligente d'Europe, en offrant des subventions aux entreprises innovantes prêtes à s'y installer. Le Conseil régional a révélé son projet de construire quatre routes intelligentes qui permettront de tester les véhicules sans conducteur. Les entreprises chinoises ont également été invitées à participer à ce projet.

Valérie Pécresse a rappelé que la région a prévu d’investir 100 millions d'euros pour faire de Paris une vitrine de la conduite autonome, en expliquant que le Conseil régional est convaincu que cela sera la solution privilégiée pour résoudre les problèmes de la circulation urbaine.

Elle a également mentionné la proposition faite au gouvernement populaire municipal de Beijing d'établir un laboratoire commun sur les villes futures. Ce laboratoire s'appuiera sur le projet franco-chinois de l'Université d'aéronautique et d'astronautique de Beijing et deviendra l’un des projets phares de la coopération dans l’innovation dans les années à venir.

En réponse à une question du journaliste de China.org.cn, Mme Pécresse a expliqué pourquoi la province chinoise du Zhejiang avait été choisie comme prochaine étape.

Elle a déclaré que le Zhejiang est non seulement une province au grand dynamisme économique, mais aussi un lieu qui a noué avec la France des échanges économiques et commerciaux de long terme. Le Zhejiang est le siège de plusieurs entreprises innovantes comme Alibaba, et la nouvelle coopération dans l’innovation apportera de nombreuses opportunités aux Chinois comme aux Français. Elle a précisé que l’objectif ultime était de rendre l'industrie urbaine plus compétitive et de faire en sorte que plus d'entreprises françaises et chinoises participent à cette coopération.