Comprendre la coopération sino-européenne de manière rationnelle

Publié le 2018-05-21 à 16:38  |  French.china.org.cn

Angela Merkel effectuera du 24 au 25 mai sa onzième visite en Chine en tant que chancelière allemande. Parmi les sujets à l’ordre du jour de ses rencontres avec les dirigeants chinois se trouvent l’accès au marché et la propriété intellectuelle. Le multilatéralisme sera discuté dans un contexte de protectionnisme commercial croissant dans le monde et de bouleversement des règles internationales.

Avant de se rendre en Chine, Angela Merkel a effectué une visite aux Etats-Unis à la fin du mois d’avril, sans parvenir toutefois à convaincre le président américain Donald Trump d’apaiser les tensions commerciales ou de revenir sur le retrait de Washington de l’accord sur le nucléaire iranien. Tandis que les relations américano-allemandes faiblissent, certains dans les médias chinois affirment qu’Angela Merkel fait le choix de se tourner vers la Chine pour obtenir de l’aide.

Cette opinion, qui séduit ceux qui sont fiers de voir une Chine plus puissante, adopte pourtant une perspective erronée des relations entre la Chine et l’Allemagne, et dans un contexte plus général, du rôle de la Chine en tant que grande puissance. Les relations entre les nations sont aujourd’hui plus complexes que de simples alliances entre deux pays contre un troisième.

Au cours des quarante-six années qui viennent de s’écouler, la Chine et l’Allemagne ont bâti une coopération complémentaire grâce à leur besoin commun de se développer. Le volume commercial de leurs échanges représente près du tiers du commerce sino-européen. Ces deux pays ont établi ensemble près de 80 mécanismes de coopération dans de nombreux domaines. L’immense marché chinois est attrayant pour les entreprises allemandes, tandis que la Chine a besoin des technologies de pointe de l’Allemagne dans le secteur manufacturier, l’innovation et la protection environnementale. Leurs liens ont connu des hauts et des bas et certains sujets ont fait l’objet de différends, mais les deux pays ont un intérêt commun à la coopération.

Face aux grands changements qui surviennent dans le monde, la Chine et l’Allemagne, deux membres importants de la communauté internationale, doivent travailler ensemble pour préserver l’ordre mondial et les règles qui ont bénéficié à la communauté des pays au cours des dernières décennies. Cela est nécessaire pour un pays comme pour l’autre, l’un des deux ne demande donc pas d’aide au second.

Cela s’applique aussi aux relations de la Chine avec l’Europe. Bien que l’Europe doive actuellement gérer une multitude de problèmes comme le terrorisme, la crise des réfugiés, le Brexit et l’influence en déclin du continent, elle garde un certain poids dans la communauté internationale. Pour remplir ses responsabilités en tant que grand pays, la Chine doit coopérer avec l’Europe sur des dossiers régionaux et mondiaux comme le changement climatique, la lutte contre le terrorisme et la gouvernance mondiale. Cela revêt encore plus d’importance aujourd’hui que Washington soulève un bouleversement politique.

Plus la puissance économique de la Chine croît et plus le pays fait entendre sa voix dans la communauté internationale, plus nombreux sont les pays qui affirment leur volonté de coopérer avec elle. Dans le monde actuel caractérisé par l’interdépendance des intérêts des nations, il est naturel d’assister à une plus grande coopération sur une base d’égalité. Dans ce processus, le respect mutuel est essentiel et toute vision condescendante doit être abandonnée.

(Rédactrice: Caroline)