La Chine et l'UE s'opposent aux taxes américaines sur les importations

Publié le 2018-04-26 à 09:58  |  French.china.org.cn

La Chine et l'UE s'opposent au protectionnisme et espèrent régler les différends commerciaux avec les Etats-Unis dans le cadre du système commercial multilatéral, ont souligné des experts.

L'Union européenne a demandé lundi à rejoindre les consultations engagées par la Chine à l'OMC concernant les droits d'importation américains sur l'acier et l'aluminium, a rapporté Reuters.

Cette annonce arrive environ une semaine avant la décision devant être prise par les Etats-Unissur l’imposition ou non de nouvelles taxes sur les importations européennes.

L'UE affirment que ses intérêts sont « substantiels » parce que si l'exemption prenait fin, les taxes américaines affecteraient les exportations européennes, a indiqué l'OMC.

« En vertu de ses intérêts, l'UE a demandé à rejoindre les consultations dans l'espoir d'être exemptée des droits de douane sur les métaux, et afin defaire revenir les Etats-Unis au système commercial multilatéral pour la résolution des différends commerciaux », a noté Sang Baichuan, directeur de l'Institut de commerce international relevant de l'Université de commerce international et d'économie de Beijing.

L'UE est comme la Chine opposée au protectionnisme et espère contribuer à la sauvegarde de l'économie mondiale, a observé Liu Jianying, chercheur associé à l'Académie chinoise de commerce et de coopération économique relevant du ministère du Commerce (MOFCOM).

M. Liu a estimé que l'UE craint également que les droits de douane américains aient pour conséquence un afflux d'acier et d'aluminium à bas prix vers l'Europe.

En mars, les Etats-Unis ont imposé desdroits de douane de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium, en invoquant des préoccupations de sécurité nationale, tout en exemptant l'UE de ces mesures jusqu'au 1er mai.

D'autres pays comme le Canada, le Mexique, l'Australie, l'Argentine, le Brésil et la Corée du Sud ont également bénéficié d'exemptions temporaires.

Le 5 avril, la Chine a déposé une demande de consultations avec les Etats-Unis dans le cadre du mécanisme de règlement des différends de l'OMC.

Les mesures américaines constituent « un protectionnisme commercial au nom de la sécurité nationale », a déclaré le MOFCOM.

En imposant des droits de douane à certains membres de l'OMC, y compris la Chine, tout en excluant sélectivement d'autres pays et régions de leur liste, les Etats-Unisenfreignent gravement le principe de non-discrimination dans le commerce multilatéral, a annoncé le ministère.

Séparément, l'Inde, la Russie, la Norvège, Singapour, la Suisse, la Turquie et le Venezuela ont exprimé lundi leur opposition aux taxes américaines sur l'acier et l'aluminium importés.

Les réactions de ces pays montrent que l'unilatéralisme et le protectionnisme adoptés par les Etats-Unis vont à l'encontre de la tendance de croissance de l'économie mondiale et entraîneront encore plus d'objections, a souligné M. Sang, en soulignant que les Etats-Unis pourraient revenir vers le système commercial multilatéral.

« Les Etats-Unis sont pour l’instant plus enclins à imposer des mesures correctives commerciales de long terme contre la Chine et d’autres pays, et dans de telles conditions, le retour des Etats-Unis au système commercial multilatéral ne serait qu'uneannonce », a-t-il prédit.

L’avancée des droits de protection intellectuelle

Le protectionnisme américain est un défi au libre-échange mondial et la Chine estime qu’elle peutdéfendre ses droits légitimesdans le cadre du mécanisme de règlement des différends de l'OMC, a indiqué M. Liu.

La Chine réitérera sa position sur l'enquête concernantl’article 301 de la loi commerciale desEtats-Unis lors d'une réunion de l'OMC vendredi, a annoncé lundi le site d'information yicai.com.

Le 23 mars, le président américain Donald Trump a signé un mémorandum qui ouvre la voie à l’impositionde droits de douane sur des produits chinois d'une valeur pouvant atteindre 60 milliards de dollars. Ce mémorandum est basé sur l'enquête conduite au titre de l'article 301 sur les pratiques présumées de la Chine en matière de propriété intellectuelle et de transfert de technologie.

Le résultat de l'enquête ignore le fait que la Chine a fait des efforts pour protéger les droits de propriété intellectuelle (DPI), a déclaré ShenChangyu, directeur de l'Office national de la propriété intellectuelle.

« De nombreuses personnes bien informées aux Etats-Unis reconnaissent les réalisations de la Chine dans la construction d'un environnement de protection des DPI, et que cela a été un succès », a déclaré M. Shen lors d'une conférence de presse mardi à Beijing.

Au cours des prochaines années, la Chine veut promouvoir la protection des DPI et créer un meilleur environnement d'affaires et d'innovation pour les entreprises étrangères, a ajouté M. Shen.

(Rédactrice: Caroline)