Fret ferroviaire record entre la Chine et l’Europe

Publié le 2017-11-21 à 10:48  |  French.china.org.cn

Le nombre de trains de fret circulant entre la Chine et l’Europe a atteint un niveau sans précédent, indiquait samedi dernier la China Railway Corporation (CRC), l’opérateur des voies ferrées de Chine. Cette augmentation signale une croissance des liens économiques entre la Chine et les économies participant à l’initiative des nouvelles Routes de la soie, que parcourent ces voies ferrées.

Néanmoins, les observateurs du marché appellent à raison garder et à faire face aux préoccupations concernant les bénéfices concrets des voies ferroviaires sur les économies des nouvelles Routes de la soie. Celles-ci doivent encore utiliser pleinement ces trains pour envoyer leurs produits sur un marché chinois en plein essor.

Après la première mise en service de ces voies en 2011, le nombre de trains a atteint cette année un niveau record, indique la CRC. Plus de 3000 trains de fret ont circulé sur 57 lignes reliant les villes européennes et chinoises, surpassant les chiffres combinés des années 2011 à 2016 et portant le nombre total de trajets à plus de 6000.

Le service de fret est considéré comme une composante majeure des nouvelles Routes de la soie, servant aujourd’hui de pont reliant 35 villes chinoises à 34 villes européennes dans douze pays.

Les voies de fret ferroviaire ont permis de faire diminuer les coûts logistiques, mais également d’améliorer l’efficacité des échanges entre la Chine et l’Europe, son plus grand partenaire commercial. Elles ont aussi - et surtout - permis d’améliorer la viabilité des nouvelles Routes de la soie, en tant que catalyseurs de la connectivité commerciale.

Selon les données des douanes chinoises, les échanges commerciaux libellés en yuans entre la Chine et l’Europe ont augmenté de 16,2 % en glissement annuel au cours des dix premiers mois de cette année.

D’autres projets sont également envisagés - comme l’autoroute transcontinentale toujours en cours de construction devant relier Lianyungang dans la province orientale chinoise du Jiangsu et Saint-Pétersbourg en Russie - pour resserrer les liens économiques entre la Chine et les pays des nouvelles Routes de la soie.

La Chine a réalisé des progrès significatifs dans la création d’un réseau de transport plus efficace. La section chinoise de cette autoroute transcontinentale fut par exemple ouverte récemment à la circulation.

Cependant, les éloges sur la connectivité commerciale croissante se sont accompagnés de préoccupations sur l’aggravation des déséquilibres commerciaux entre la Chine et certaines économies des nouvelles Routes de la soie, que pourraient entraîner le fret ferroviaire et les autoroutes.

Le volume de fret reste déséquilibré, avec un nombre significatif de trains à destination de la Chine partiellement remplis - voire circulant à vide - sur leurs trajets retours.

Ma Bin, un assistant-chercheur du Centre d’études sur la Russie et l’Asie centrale de l’Université Fudan, estime que pour répondre aux goulots entravant le développement du service ferroviaire sino-européen, les ressources et les réseaux doivent être optimisés, afin de faire baisser les coûts et être efficaces.

« Il est particulièrement urgent de créer des centres de distribution nationaux et régionaux le long des voies ferroviaires, afin de coordonner le flux des marchandises », explique-t-il.

Depuis que la ligne Harbin-Europe fut lancée en juin 2015, quatre lignes relient désormais Harbin aux villes européennes, avec 642 trains transportant annuellement 37 268 conteneurs.

Selon Yan Hong, le directeur général adjoint de l’entreprise Hao International Logistics, qui opère un train direct entre Harbin (capitale provinciale du Heilongjiang) et de nombreuses villes européennes, 311 d’entre eux circulent vers l’Europe et 331 vers la Chine.

Les trains à destination de l’Europe transportent principalement des véhicules, des pièces détachées, des machines, des appareils électroniques et des produits de première nécessité. Les trains à destination de la Chine transportent principalement des automobiles, des pièces détachées et de la pâte à papier.

A la fin du mois d’octobre, un total de 264 trains de fret transportant 21 536 conteneurs avaient circulé sur la ligne Yixin’ou, indique l’opérateur de cette ligne reliant Yiwu (Zhejiang) et Madrid par le Xinjiang.

Yan Hong note que les coûts de transport élevés, ainsi qu’une concurrence acharnée entre les différentes lignes, constituent le plus grand défi auquel doit faire face le service ferroviaire entre la Chine et l’Europe.

Par ailleurs, parvenir à un équilibre des flux de fret entre la Chine et l’Europe ne constitue pas le seul étalon pour évaluer le succès des services ferroviaires. Pour atteindre un développement durable sur le long-terme des services ferroviaires Express entre la Chine et l’Europe, une plateforme de coordination transnationale devrait être établie pour optimiser l’efficacité des services et des liens entre les pays et régions le long des nouvelles Routes de la soie, et leur permettre de partager des bénéfices mutuels.

(Rédactrice: Caroline)