Un dialogue « La ceinture et la route » concentré sur la relation sino-américaine dans son ensemble

Temps: 19.06.2017, 16:01 Source:French.china.org.cn

Selon Tung Chee-hwa, ancien chef de l'exécutif de la région administrative spéciale de Hong Kong, si le commerce et les liens commerciaux entre la Chine et les États-Unis sont importants, leur « relation globale ne doit pas être ancrée sur les seules relations économiques ». Saisir la moindre occasion de collaborer, a-t-il souligné, fera progresser cette relation.

Les deux pays ont su se donner la main pour éviter qu'une crise financière mondiale encore plus grande ait lieu lors de la crise financière de 2008, ils ont collaboré dans le domaine des sciences médicales en Afrique lors de la crise du virus Ebola en 2014, et ils travaillent actuellement ensemble pour assurer une péninsule coréenne dénucléarisée, a déclaré mercredi M. Tung à l'Asia Society à New York au cours d'un dialogue de haut niveau sur l'initiative « La ceinture et la route ».

« Aujourd'hui, le fait est que le monde est confronté à de nombreux autres défis qui ont besoin d'une attention urgente », a-t-il dit, ajoutant qu'« une approche multilatérale sera nécessaire, et l'implication des grandes puissances est cruciale ».

Tung Chee-hwa a été le premier chef de l'exécutif de Hong Kong après le transfert de souveraineté du territoire du Royaume-Uni à la République populaire de Chine en 1997. Il est resté en poste jusqu'en 2005 et il est actuellement vice-président du 12e Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois.

Le dialogue sur l'initiative « La ceinture et la route » a eu lieu à l'Asia Society, et a été organisé conjointement par le Centre chinois pour les échanges économiques internationaux et l'Institut de politique de l'Asia Society.

De son côté, Cui Tiankai, ambassadeur de Chine aux États-Unis, a déclaré que l'Initiative « La ceinture et la route » était une manifestation de la préférence de la Chine pour la connectivité plutôt que pour la séparation.

Il est ouvert à tous ceux qui veulent participer et investir, et la Chine sera ouverte à une participation accrue des États-Unis, a-t-il souligné. « Faisons d'elle une nouvelle coentreprise entre nous », a-t-il dit.

La Chine et les États-Unis, a-t-il également ajouté, ont des économies qui sont si interdépendantes qu'il n'y a pas d'option pour des conflits commerciaux ou des jeux à somme nulle, et qu'une concurrence saine devrait être encouragée.

« Il y a des signes de pas dans la bonne direction », a dit l'ambassadeur. « Il y a tout juste deux mois, le président Xi Jinping et le président Donald Trump se sont rencontrés pour la première fois à Mar-a-Lago, en Floride. Ce fut un sommet très fructueux et productif, peut-être plus que la plupart des gens ne l'espéraient. Il a fixé le ton et la direction pour la progression de nos relations ».

Evoquant le plan de 100 jours initié entre les deux parties lors de la réunion, M. Cui a dit qu'il y a déjà eu une « récolte précoce » et que davantage de nouveaux plans sont en cours d'élaboration.

Zhao Qizheng, ancien ministre du Bureau d'information du Conseil des affaires d'État chinois, estime pour sa part que l'initiative « La ceinture et la route » devrait être considérée comme un nouveau moteur de la mondialisation économique.

« La Chine est disposée à partager sa puissance économique et son expérience avec les zones particulièrement sous-développées et les pays en développement pour favoriser davantage encore une mondialisation accrue », a-t-il déclaré à l'Asia Society.

(Rédactrice: Caroline)