Sommet de l'OCS à Qingdao : le discours de Xi Jinping salué par le monde entier

Publié le 2018-06-12 à 16:12  |  peopledaily.com.cn

Le discours du président chinois Xi Jinping, prononcé dimanche au sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), dans la ville balnéaire de Qingdao, dans l'est de la Chine, a séduit des experts et responsables du monde entier.

Dans son discours, M. Xi a appelé les pays impliqués dans le bloc régional à travailler en étroite collaboration pour construire l'avenir commun de l'OCS, développer un nouveau type de relations internationales et construire un monde ouvert, inclusif, propre et beau, bénéficiant d'une paix durable, de la sécurité universelle et d'une prospérité commune.

Asanga Abeyagoonasekera, directeur général de l'Institut d'études de sécurité nationale du Sri Lanka, a indiqué que l'appel de M. Xi à développer un nouveau type de relations internationales avait "saisi l'air du temps du développement de l'ordre mondial moderne".

"Les nations asiatiques, dont le Sri Lanka, devraient appuyer pleinement cet effort pour créer un environnement plus stable et un meilleur ordre mondial", a estimé l'expert.

Zivadin Jovanovic, expert en relations internationales à Belgrade, en Serbie, a affirmé que M. Xi avait présenté "une opinion positive, visionnaire sur l'approche des défis économiques, sociaux et sécuritaires mondiaux".

"Xi a montré au monde le rôle de l'OCS dans la gouvernance mondiale et a ouvert la voie au renforcement de la paix et de la coopération mutuellement bénéfique dans un monde multipolaire, sans contraintes géopolitiques et sans vestiges de l'isolationnisme", a-t-il ajouté.

M. Jovanovic est le fondateur du Belgrade Forum for a World of Equals et du Centre de recherche sur la connectivité de la Route de la Soie, deux groupes de réflexion.

Maria Guleva, professeur agrégé d'histoire présidant la chaire d'études du développement social des pays d'Asie et d'Afrique à l'Université d'Etat de Saint-Pétersbourg, a noté que la Chine cherchait à assumer des obligations internationales sérieuses consolidant son statut de grand pays.

"C'est évident dans un certain nombre de déclarations de M. Xi, qui insiste sur la nécessité de combler l'écart de niveau de développement entre les pays, et dans son annonce sur la contribution (de la Chine) au consortium interbancaire de l'OCS", a déclaré Mme Guleva.

M. Xi a déclaré dans son discours que la Chine mettrait en place une facilité équivalente de prêt spéciale de 30 milliards de yuans (4,7 milliards de dollars) dans le cadre du consortium interbancaire de l'OCS.

Commentant le discours de M. Xi, où il a affirmé que l'OCS devrait "soutenir l'égalité, l'apprentissage mutuel, le dialogue et l'inclusion entre les civilisations" et "chercher à parvenir à une croissance partagée via la discussion et la collaboration dans l'engagement au sein de la gouvernance mondiale", Tigran Sarkissian, l'ancien Premier ministre de l'Arménie a indiqué que ces remarques montraient que la Chine était à la fois confiante en elle-même et consciente de ses forces et de ses faiblesses.

M. Sarkissian, aujourd'hui président du conseil d'administration de la Commission économique eurasienne, a souligné qu'une telle attitude était utile pour résoudre efficacement les problèmes et rechercher des solutions dans la coopération extérieure fondées sur l'égalité et la réciprocité des bénéfices.

Elle permettra également d'obtenir la confiance de la communauté internationale et d'établir des relations de coopération à long terme avec d'autres pays pour une prospérité commune, a-t-il ajouté.

B.R. Deepak, sinologue et professeur d'études chinoises à l'Université de Jawaharlal Nehru, basé à New Delhi, pense que l'accent mis par M. Xi sur "l'esprit de Shanghai" est très opportun puisque les approches protectionnistes et les approches politiques unilatérales ont tendance à "perturber l'ordre régional et international actuel" et à créer des conflits entre les nations.

L'"Esprit de Shanghai", un ensemble de principes fondamentaux englobant la confiance mutuelle, les avantages réciproques, l'égalité et la consultation, "pourrait par nature être considéré comme un antidote" à ces approches, a déclaré M. Deepak.

Alina Grishikevich, vice-présidente de la Société de l'amitié Biélorussie-Chine, a souligné les remarques de M. Xi sur le renforcement de l'unité et du respect mutuel.

"Nous devons respecter nos choix respectifs en termes de développement et nous adapter à nos préoccupations et à nos intérêts fondamentaux mutuels. Nous devons renforcer la compréhension mutuelle en nous mettant à la place des autres et renforcer l'harmonie et l'unité en cherchant un terrain d'entente et en mettant de côté nos différences", a indiqué M. Xi dans son discours au sommet de l'OCS.

Le sommet de Qingdao revêt une grande importance, car il stimule la coopération entre les Etats membres et les observateurs, a déclaré Grishikevich.

Sheetal Babu Regmi, ancien secrétaire général du gouvernement népalais, s'est dit impressionné par la mention des échanges culturels et du développement des ressources humaines dans le discours de M. Xi.

Si les propositions de M. Xi dans ces deux domaines sont sérieusement mises en œuvre, la région réalisera des progrès substantiel dans sa mise à niveau industrielle et deviendra peut-être le centre de l'économie mondiale, a déclaré M. Regmi.

Avtandil Otinashvili, rédacteur en chef de l'Agence de presse géorgienne Newsday, a déclaré que le discours de M. Xi était imprégné d'un esprit de coopération, de consultation et d'inclusion et "traçait le parcours" du développement futur du bloc.

Les propositions de M. Xi pour améliorer la gouvernance mondiale et sa vision d'une communauté d'avenir partagé pour l'humanité reflètent les aspirations communes de différentes parties du monde. Elles ont offert une nouvelle perspective quant aux raisons pour lesquelles le monde doit abandonner la mentalité de la guerre froide et s'orienter vers la coopération globale.

(Rédactrice: Caroline)