Nanjing devient la première ville internationale de la paix en Chine

Publié le 2017-09-11 à 11:35  |  French.china.org.cn

Selon J. Fred Arment, directeur exécutif d'International Cities of Peace, qui s'est exprimé dans un discours vidéo, quelque 300 000 Chinois ont perdu la vie et 20 000 femmes ont été violées lors du tristement célèbre massacre de Nanjing pendant la Seconde Guerre mondiale.

Cette histoire, a-t-il souligné, fait que les gens se souviennent de la guerre et les rend plus conscients de l'importance de la paix.

Nanjing, dans la province du Jiangsu (est de la Chine), a été la capitale de six dynasties chinoises. L'hiver glacial de 1937 fut le témoin de massacres brutaux perpétrés par les troupes d'invasion japonaises après la prise de la ville. Une personne fut tuée toutes les 12 secondes.

D'après le site Internet d'International Cities of Peace, au total, 172 villes d'une cinquantaine de pays et régions figurent aujourd'hui sur la liste des villes internationales de la paix, comme Coventry en Angleterre, Berne en Suisse, Amsterdam aux Pays-Bas et Berlin, en Allemagne.

Liu Cheng, titulaire de la chaire d'études sur la paix de l'UNESCO et professeur à l'Université de Nanjing, a précisé qu'il existait certaines conditions pour devenir une ville internationale de la paix.

« Par exemple, la ville peut avoir été traumatisée par la guerre ou avoir connu de grands événements liés à la paix », a-t-il déclaré. « Elle peut également être avancée dans les études et les activités liées à paix ».

Il y a plus de deux ans, l'Institut pour les études sur la paix de M. Liu, ainsi que l'Institut d'histoire du massacre de Nanjing et de la paix internationale, ont soumis une demande à International Cities of Peace.

« Ce qui a été légué par l'histoire, ce n'est pas la haine, mais notre conscience de la paix », a-t-il dit.

« Nanjing fait partie des villes qui ont ressenti les plus grandes douleurs pendant la Seconde Guerre mondiale et le massacre de Nanjing nous a laissé des souvenirs indélébiles », a de son côté déclaré Zhang Jianjun, président exécutif de l'Institut d'histoire du massacre de Nanjing et de la paix internationale. « C'est pourquoi nous comprenons mieux la valeur de la paix ».

L'éducation à la paix a toujours été soulignée à Nanjing. L'Université de Nanjing est ainsi la première université à mener des recherches sur les études dans le domaine de la paix en Chine.

Selon Kawasaki Akira, représentant de l'ONG japonaise Peace Boat, la désignation de Nanjing comme ville internationale de la paix pourrait aider la Chine à chérir la paix et le Japon à réfléchir sur lui-même.

« La paix, ça ne signifie pas seulement "aucune guerre" », a pour sa part déclaré Lee Ji Won, professeur à l'Université Daelim de République de Corée. « La paix, cela signifie aussi réduire la violence, améliorer la justice et protéger les droits de l'homme ».

« La paix est la seule issue pour les êtres humains », a conclu Cao Lubao, un chargé de communication de la ville de Nanjing. « Les gens de tous les pays devraient tirer des leçons de l'histoire et améliorer la communication entre eux ».

(Rédactrice: Caroline)