Lhassa

Hoh Xil : On souhaite que cet endroit garde toujours son aspect original (III)

Temps: 14.07.2017, 11:13 Source:China Tibet Online

La migration annuelle grande des antilopes du Tibet est une chose avec laquelle vous êtes probablement familiers. Ensemble, les antilopes constituent une partie du paysage de Hoh Xil, et constitue sa liberté sans contrainte, sa vitalité sauvage. Ici, j’ai compris pourquoi les premiers défenseurs de l'environnement il y a une centaine d'années n’ont pas hésité à louer ce désert avec leur crayon et leur encre. Avec le désir de comprendre la gestion normalisée de l'exploitation minière, Sonam Dargye est venu à Hoh Xil pour se jeter dans la lutte contre le braconnage et la conservation de la nature, ne ménageant aucun effort et sacrifiant même sa vie. L'amour et l'appréciation de la beauté naturelle sont probablement des choses présentes dans le gène humain, et la conscience pousse les gens qui sont témoins d’un tel spectacle à faire quelque chose, afin que cet endroit puisse être conservé pour toujours.Et cela est aussi l'intention initiale de l'établissement de la Liste du patrimoine mondial.

Bien que je travaille depuis longtemps sur le plateau Qinghai-Tibet, mais avant de venir à la Hoh Xil, j’avais peur d’utiliser le terme « déserté ». Sur le troisième pôle, depuis des milliers d'années, les Tibétains locaux ont choisi le nomadisme comme forme de coexistence avec la nature. Les conditions naturelles particulières ont créé un modèle de répartition de la population à faible densité, et une culture traditionnelle selon laquelle les éleveurs tibétains prennent soin et respectent l'environnement a été créé. La majeure partie de la population du plateau Qinghai-Tibet est impliquée dans l’élevage du bétail, et grâce à leurs connaissances locales et efficaces et durables, ils passent de génération en génération des ressources naturelles dont l'herbe est le représentant. Dans cette interaction, les plantes, les animaux, et les écosystèmes sont également affectés par les changements apportés par les hommes, formant un nouveau système.

L'harmonie entre l'homme et la nature est une aspiration. Mais pour la faune, en particulier les grands animaux, le conflit entre eux et la race humaine est une réalité incontournable. Certains animaux sauvages peuvent en effet coexister avec les gens, mais pour certains animaux, seul un endroit désert comme Hoh Xil peut leur servir de refuge.

En tant que gardien de Hoh Xil, je souhaite que cet endroit garde toujours son « aspect original ».

Source: people.cn
Traduit par China Tibet Online
(Rédactrice: Caroline)