La formation à la peinture thangka fait progresser la lutte contre la pauvreté au Tibet

Publié le 2020-11-16 à 18:35  |  French.china.org.cn

Gama Deleg enseigne la peinture thangka à ses apprentis dans une base de formation à l'artisanat ethnique dans le canton de Kabma à Qamdo, dans la région autonome du Tibet (sud-ouest de la Chine), le 3 octobre 2020. 

Ces dernières années, la région autonome du Tibet (sud-ouest de la Chine) a déployé de grands efforts pour développer un enseignement professionnel moderne. Une base de formation à l'artisanat ethnique a notamment été mise en place dans le canton de Kabma par Gama Deleg, 88 ans, héritier du patrimoine culturel immatériel Karma Gardri, qui est un genre de peinture thangka. À l'heure actuelle, 460 apprentis étudient la peinture thangka ici. 

La base a amélioré le mode de production de l'artisanat traditionnel et amélioré la lutte contre la pauvreté. Avec un revenu par habitant d'environ 200 000 yuans (environ 25 600 euros) l'année dernière, 112 apprentis ont aidé leurs familles à sortir de la pauvreté en peignant des thangkas. 

Le thangka est une forme de peinture bouddhiste tibétaine sur rouleau de coton ou de soie, avec des pigments minéraux et organiques dérivés du corail, de l'agate, du saphir, de la perle et de l'or. Les peintures représentent généralement des divinités bouddhistes avec des couleurs qui peuvent rester intactes pendant des siècles. 

 

Des élèves apprennent la peinture thangka. 

Un apprenti pratique la peinture thangka. 

Des élèves apprennent la peinture thangka. 

(Rédactrice : Lucie ZHOU)