L'industrialisation au niveau communautaire offre des emplois aux femmes de Lhassa

Publié le 2020-09-29 à 15:29  |  China Tibet Online


En photo : un métier à tisser présenté dans le magasin.

Dropenling, le nom d'une marque d'artisanat tibétain traditionnel, signifie  « au profit du grand public » en langue tibétaine. Créée il y a de nombreuses années, l'entreprise Dropenling adhère au principe dit de « contribution conjointe, responsabilité solidaire et bénéfices partagés ». En suivant le modèle d' « entreprise + artisans + atelier »,  l'entreprise a réuni près de 200 artisans répartis dans tous les coins du Tibet qui fabriquent des produits en temps libre.


En photo : des poupées à la tibétaine.

Pour créer une plate-forme d'entrepreneuriat pour les femmes au Tibet, Dropenling a mis en place une organisation nommée « Classe d'Ajia + Usine de la communauté » à Lhassa en mai 2020. Avec le soutien du gouvernement, cette organisation vise à transmettre des techniques aux femmes de Lhassa, à préserver l'artisanat traditionnel et à augmenter leurs revenus familiaux.


En photo : des prix remportés par Dropenling.


En photo : la « Classe d'Ajia + Usine de la communauté » lancée dans le magasin de Dropenling.


En photo : les fils à laine utilisés par les femmes des communautés dans l'apprentissage du tissage.


En photo : les machines de couture utilisées par les femmes des communautés pendant la formation de la « Classe d'Ajia ».


En photo : les produits à la tibétaine exposés dans un magasin de Dropenling.


En photo : des bottes tibétaines fabriquées à la main.


En photo : une poupée spéciale pour l'année du Rat de 2020.

(Rédactrice : Claire SHENG)