Le 11e Panchen Lama : nous sommes les seuls à pouvoir transmettre et développer le bouddhisme tibétain

Publié le 2018-11-26 à 17:00  |  China Tibet Online

Discours du Panchen Erdeni Quijib, membre du Comité permanent de la CCPPC et vice-président de l’Association bouddhiste chinois, lors de la cérémonie d’ouverture du Séminaire 2018 sur l’interprétation de doctrines bouddhistes tibétaines.

Pourquoi interprète-t-on les enseignements ? C’est pour que le bouddhisme tibétain puisse se développer au milieu d’une société modernisé et à notre époque.

Nos ancêtres, qui ont su, dans leur société de l’époque, jouer un rôle actif dans la promotion du bouddhisme tibétain, ont bâti un fondement solide sur lequel le bouddhisme tibétain a pu être préservé, transmis et propagé aujourd’hui encore. Parmi les nombreuses religions qui ont marqué l’histoire humaine, très peu ont pu persister jusqu’à nos jours. Le bouddhisme tibétain fait partie de celles qui ont survécu.

Mais son avenir ? Peut-être pourra-t-elle survivre encore 100, 200, voire 1000 ans ?

Cela dépendra de nous, tous ceux qui pratiquent cette religion commune à notre époque. Les aspects actuels (sociétal, politique, etc.) sont très favorables au développement du bouddhisme tibétain. Le Comité central du Parti communiste chinois attache une grande importance aux affaires religieuses nationales. Et d’autres autorités telles que le Département de Travail du Front uni du Comité central du Parti communiste chinois ont fourni des voies et des plates-formes efficaces à notre disposition.

Ce sont des soutiens au bouddhisme tibétain de chez nous. C’est aussi une bonne occasion à saisir pour que notre bouddhisme tibétain puisse survivre encore plus de 1000 ans. Mais encore, la responsabilité historique repose sur nous-mêmes.

(Rédactrice : Claire SHENG)