D'anciens clichés témoignent des 40 ans de la réforme et de l'ouverture du Tibet

Publié le 2018-07-05 à 09:40  |  China Tibet Online

Quatre décennies se sont écoulées depuis le lancement de la politique de réforme et d'ouverture du Tibet. Le développement économique de la région a connu un essor prodigieux, et ceci dans un environnement politique passablement stable. Sous l'égide du PCC et du gouvernement central, et grâce à des aides venant d'autres provinces, le peuple tibétain a su surmonter de nombreux obstacles et a connu une transformation sociale phénoménale. A partir d'aujourd’hui, à l'occasion du 40e anniversaire de cette fameuse politique, nous allons consacrer une rétrospective à ce changement historique, en sélectionnant des photographies prises de 1978 à nos jours, qu'il s'agisse de grands événements de l'Histoire ou de petits moments précieux du quotidien.

En 1978, des tisserands de l'usine textile de Nyingchi en route pour le travail.

En 1978, dans la commune de Chengguan à Lhassa, la famille Champa Chodzong écoute une émission de radio présentant le déroulé de la troisième Session plénière du 11e Comité central du PCC marquant le début des réformes économiques chinoises.

En 1978, Sonam Tobgyal et sa femme sont en train d'observer la radio cassette qu'ils viennent d'acheter. Grâce à la politique sur l'économie à la campagne menée par le PCC, les fermiers et les pasteurs du district de Rutog de la région de Ngari ont réussi à améliorer leurs conditions de vie; certains d'entre eux ont désormais les moyens de s'acheter des appareils électroménagers.

En 1979, la commune de Kyerpa à Lhoka a de nouveau connu une bonne récolte, avec une production atteignant les 7,5 tonnes par hectare de terre. Selon la politique "travail contre rémunération", chaque habitant de la commune a touché de l'argent pour cette récolte.

En 1979, deux bergers de Nagchu apprennent à faire du vélo. La hausse des revenus a permis d'améliorer leurs conditions de vie.

En 1979, grâce à la politique "travail contre rémunération", Kyi Zang reçoit du beurre. La commune de Nedong à Lhoka a mis en place la réforme économique qui a donné lieu à une croissance de la production. 

En 1980, la famille Tsamchok regarde la télévision. Alors que de nombreux locaux ont acheté une télévision, le secteur télévisuel s'est aussi développé.

 

En 1980, 3 des 5 travailleurs de la famille Paljor de la commune de Chengguan reçoivent 5 800 yuans (environ 750 euros). Ils ont pour projet de déposer cette somme à la banque.

En 1980, une téléphoniste à son poste. Afin d'assurer le bon déroulement du service durant le nouvel an tibétain, les employés de l'office des postes et télécommunications de Lhassa travaillent pendant les jours fériés.

En 1981, des habitants de la commune de Chengguan durant la fête de Linkha: la vie des tibétains s'améliore de jour en jour.

En 1982, la famille Drapa vient d'acheter un tracteur. Drapa (au milieu) a été enlevé et emmené jusqu'en Inde en 1959. En avril 1982, il est retourné chez lui, en Chine, où ses enfants ont tous grandi et mènent une vie heureuse. Il a décidé de se remettre au travail afin de construire une vie encore meilleure.

En 1982, une habitante de la préfecture de Shigatse se fait mesurer afin de faire fabriquer ses vêtements sur mesure pour le nouvel an.

En 1982, des habitants achètent des objets artisanaux. A la foire de Lhassa, les objets d'art faits main sont très populaires.

En 1983, pendant le festival des courses de chevaux, des bergers venant du nord du Tibet admirent des tapis traditionnels tibétains.

En 1983, Yangzom, la responsable de la société d'approvisionnement et de vente de la commune du Gar s'occupe de ses clients.

En 1983, des habitants choisissent leur louche en acier. La grande surface de Lhassa est très populaire auprès des locaux.

(Rédactrice: Zhai Yue)