70 ans de Chamdo : une famille tibétaine-Han sur l'Ancienne route du thé et des chevaux

Publié le 2020-10-29 à 09:56  |  China Tibet Online


En photo : Tashi Chodron (à droite) et Zhang Baohai s'occupent de leur petite-fille.

Il y a plus de 20 ans, Zhang Baohai a quitté le comté de Datong, dans la ville de Xining de la province du Qinghai, pour la ville de Lhassa, dans la région autonome du Tibet, où il a ouvert un restaurant.

À cette époque, Tashi Chodron, de Chamdo, dans la région autonome du Tibet, est venue avec son fils de quatre ans sur le dos, en frappant à la porte de Zhang Baohai. "Je ne suis pas fière de demander de la nourriture et de l'argent, mais je n'avais pas le choix, je dois acheter un billet. Je veux travailler pour avoir assez d'argent pour rentrer chez moi".

"Elle avait une vie difficile. Son fils était malade, la peau pourrie avec des pantalons collés aux jambes" Zhang Baohai se souvient du moment où Tashi Chodron menait une vie de vagabond dans la rue.

Zhang Baohai, orphelin, vivait dans la même misère, cherchant des choses parmi les ordures pour vendre. Il éprouvait une profonde sympathie pour la mère et le fils. "Alors que d'autres personnes payaient 150 yuans par mois, pour le même travail, et que je lui donnais 300 yuans, pour qu'ils aient une meilleure nourriture."

Tashi Chodron, qui travaille dur, a finalement fait un nœud avec Zhang Baohai. "Je ne veux plus que son enfant souffre, pas sous ma surveillance. Je veux leur donner une vie meilleure." a dit Zhang Baohai.

Plus de 20 ans plus tard, le 19 octobre marque le 70ème anniversaire de la libération de Chamdo. Chez Tashi Chodron, une maison chaleureuse de plus de 200 mètres carrés dans le district de Karub de la ville de Chamdo, le couple tient dans ses bras sa petite-fille et rit joyeusement.

"Mon fils est tombé malade à l'âge de quatre ans. D'autres ont dit qu'il ne vivrait pas jusqu'à 18 ans. Qu'il profite de la vie comme il le peut encore, libre de manger et de jouer", a déclaré Tashi Chodron, qui a fondu en larmes, "heureusement, mon mari a emmené notre fils à l'hôpital pour le soigner".


En photo : Tashi Chodron (à droite) et Zhang Baohai marchent le long de la rivière.

Maintenant, Tashi Chodron est "jalouse" : son fils est plus proche de son père que d'elle". "Zhang Baohai est la première personne vers laquelle il se tourne s'il a quelque chose à faire. Mon fils n'a pas obtenu de résultats satisfaisants la première fois à l'examen d'entrée à l'université. Son père lui a même acheté un téléphone portable à 6000 yuans et l'a encouragé à réessayer l'année suivante. Un geste aussi grandiose pour remonter le moral de notre fils, le gâtant presque. "

Zhang Baohai a tenu sa promesse. Il a fait toute la sale besogne ménagère, et n'a pas laissé Tashi Chodron l'aider. Tashi Chodron, cadre du village depuis neuf ans, s'occupait des affaires du village. Elle a appelé 42 villageois à l'action et a récolté 19 millions de yuans pour gérer un hôtel.

Il y a plus de dix ans, lorsque la famille de Tashi Chodron a dû se rendre de Lhassa à Chamdo, elle avait passé trois jours en route. Aujourd'hui, Zhang Baohai dit que les routes sont construites pour aplanir tous les dangers naturels tout au long du voyage. Il emmène souvent sa femme faire des excursions en voiture. Chamdo est devenu une véritable "Perle de l'Orient du Tibet". Certains considèrent même en blaguant que Chamdo est " le petit Hong Kong ".

(Rédactrice : Claire SHENG)