La vie de Pema Zongkyi, habitante réinstallée du comté de Qonggyai

Publié le 2020-07-28 à 09:23  |  China Tibet Online


En photo : Pema Zongkyi et sa fille aînée.

Récemment, dans le quartier de Qionggading, point de réinstallation dans le cadre de la lutte contre la pauvreté dans le district de Nedong, ville de Shannan, région autonome du Tibet, Pema Zongkyi, originaire du village de Jinzhu du canton de Gyaimain du comté de Qonggyai, déclare avec émotion aux journalistes : « Avant, nous habitions dans une région bien éloignée et nous étions une famille pauvre type. Mais maintenant, nous sommes installés dans une maison si jolie. Je remercie de tout cœur le Parti et le gouvernement pour leur aide à un foyer pauvre comme le nôtre, sinon nous vivrions toujours dans un logement en pisé qui ne résiste pas à la moindre pluie ... ». Elle parle avec des larmes aux yeux.

Dix ans plus tôt, Pema Zongkyi a subi de la violence conjugale, à la fois physiquement et mentalement. Ce qui a aggravé la dépression de Pema Zongkyi et la misère de la famille, ce sont les mentalités arriérées et la difficulté de travailler hors de sa ville natale à cause du transport peu pratique.

« À l'époque, il n'y avait presque aucun meuble complet dans sa maison. Son ex-mari lui infligeait souvent des violences sans raison, laissant sur elle plein de traces de blessures. Elle était tellement maigre et faible que l'on ne pouvait s'empêcher de ressentir de la compassion pour elle. » se souvient Tashi Gyatso, alors premier secrétaire du comité du Parti du village de Jinzhu du canton de Gyaimain du comté de Qonggyai.

Plus tard, l'ex-mari de Pema Zongkyi a abandonné la famille, rendant l'existence encore plus pénible pour cette famille sans travailleur. Pema Zongkyi a dû élever les deux enfants avec des efforts inlassables. « Avoir la maison pour habiter et la nourriture pour manger » a été un rêve inaccessible pour elle et ses deux enfants.

En mars 2016, l'époque où les deux enfants de Pema Zongkyi étaient encore à l'école et les frais de scolarité et d'autres dépenses scolaires étaient la plus lourde charge de cette famille, le foyer a été enregistré comme ménage pauvre du village de Jinzhu du canton de Gyaimain du comté de Qonggyai. Par la suite, avec l'aide des autorités locales, Pema Zongkyi a repris courage à sortir petit à petit des séquelles psychologiques de son passé et elle a connu une amélioration de son existence.

En 2018, Pema Zongkyi a rencontré Pema Gyatso qui travaillait dans les chantiers dans le comté de Tsomey dans la ville de Shannan. Le bonheur arrive sans le moindre bruit et l'espoir vient boucler les jours de peine. Elle a dorénavant un homme qui prend soin de la famille et deux filles à côté. Telle est une vie prometteuse. Aujourd'hui, sa première fille Paldron est en deuxième année du collège à l'école secondaire du comté de Qonggyai de la ville de Shannan, et la cadette Pema Chokyi qui était scolarisée dans l'école primaire du canton de Gyaimain du comté de Qonggyai a été transférée dans l'école complète de Jiesha du district de Nedong, grâce à l'aide des cadres de la réduction de la pauvreté du comté de Qonggyai. Ce sont toujours ces derniers qui ont aidé Pema Zongkyi à trouver un travail comme nettoyeur dans une entreprise de design architectural à Shannan. Elle a maintenant un salaire mensuel de 3 000 yuans (380 euros) et une prime de fin d'année pouvant atteindre 5 000 yuans (630 euros).

Le 2 juillet 2018, Pema Zongkyi a décidé, avec le soutien fort de son époux Pema Gyatso, de déménager du village de Jinzhu au quartier de Qionggading, point de réinstallation dans le cadre de la réduction de la pauvreté dans le district de Nedong à Shannan. La nouvelle maison, d'une superficie de plus de 100 mètres carrés, comprend une cuisine, deux toilettes, trois chambres à coucher et un salon. En plus d'une décoration simple, le nouveau logement a accès à l'eau et à l'électricité et il est équipé de toute sorte d'ustensiles de nécessité quotidienne tels que la télévision, le cuiseur de riz, le luminaire et les rideaux de fenêtre. Maintenant, cette famille de quatre vit heureusement ensemble et l'avenir est plein d'espoir.

En date de juin 2019, la famille de Pema Zongkyi a bénéficié de plus de 70 000 yuans (8 800 euros) de subventions, dont celles liées au poste de la protection environnementale, le minima social et le partage du bonus industriel du comté, ce qui constitue un changement fondamental pour la famille.

Dans une interview, Pema Zongkyi a déclaré aux journalistes qu'ils ont mis de côté de l'argent en déduisant les dépenses courantes. En outre, Pema Zongkyi a souscrit une assurance de santé d'enfants pour sa deuxième fille. Elle a changé une chambre inoccupée en salle de tissage pour fabriquer des tapis tibétains en temps libre. « Merci aux bonnes mesures du Parti et de l'État, merci à l'aide sociale. Je pense à m'inscrire à une université médicale à l'avenir parce que je veux venir en aide des familles vivant dans la difficulté comme la nôtre. » déclare la fille aînée de Pema Zongkyi. Le passage de la bienveillance fait aussi passer l'espoir et multiplier la force de la bonté.

(Rédactrice : Claire SHENG)