Les bergers deviennent des travailleurs employés dans les industries du nord du Tibet

Publié le 2020-07-24 à 15:24  |  China Tibet Online

En décembre 2019, la famille du berger Tseyang, ainsi que 3364 personnes résidant au comté d'Amdo, ville de Nagqu, région autonome du Tibet, ont quitté les prairies du nord du Tibet à une altitude moyenne d'environ 5000 mètres, pour s’installer dans la région de la vallée du sud du Tibet, à une altitude de 3500 mètres. Ce déménagement a permis d'améliorer considérablement la qualité de vie de famille. 

Suite au déménagement, afin de s'assurer que les populations des zones pastorales "partaient pour une vie plus zébrée et plus prospère", la région autonome du Tibet a mis en avant sa planification globale du développement industriel et a créé successivement trois entreprises. Une pour l'emploi de main-d'œuvre, une de nettoyage et de propreté et une pour l'entretien urbain. Les trois entreprises donnent toutes la priorité à l'emploi de personnes relocalisées, qui travailleront alors à proximité.

Après un séjour de six mois, Tseyang, travailleur et assidu, a rapidement gagné les louanges des voisins. Mais Tseyang veut plus que cela, car il est désireux d'acquérir des compétences qui, selon lui, l'aideront à compter sur lui-même pour obtenir des revenus satisfaisants. 

Tseyang a donc participé au cours de formation à la couture et a commencé à se transformer de berger en ouvrier industriel. Après une période d'études, il a maîtrisé la technologie de base de la couture, devenant ainsi l'un des premiers "diplômés" du centre de formation. Plus tard, il a signé un contrat de travail officiel et a commencé à travailler.

Le Tseyang d'aujourd'hui a appris à transformer et à fabriquer des foulards rouges, des nappes, des rideaux, des draps de lit, etc. Dans deux ou trois mois, il maîtrisera ensuite les techniques de production plus complexes telles que l'uniforme scolaire. Les efforts de Tseyang motivent ses amis autour de lui. Il prévoit également de laisser un de ses amis handicapés suivre la formation. Il a déclaré : "mon ami a beaucoup de mal à trouver un emploi en raison de son handicap sur une jambe, mais la couture n'est pas un problème pour lui. Je veux l'encourager à mener une bonne vie en toute autonomie". 

Un grand nombre de personnes relocalisées vivent maintenant dans la zone de réinstallation de Senburi, dans la région autonome du Tibet. Les personnes délocalisées des zones de haute altitude constituent une main-d'œuvre abondante adaptée à la fabrication de vêtements et au traitement de la couture. La société Tibet Hanlin Education Service Co. a organisé des formations pour les habitants de la zone de réinstallation et, grâce à la promotion des investissements, elle augmente l'emploi et les revenus des personnes réinstallées.

(Rédactrice : Lucie ZHOU)