Tsering Gyatso, diplômé universitaire, élève des porcs tibétains dans sa ville natale

Publié le 2020-06-19 à 10:09  |  China Tibet Online

« Dans plus de 10 jours, plus de 800 porcelets vont venir s'installer ici », dit avec plaisir Tsering Gyatso, le responsable de la ferme des porcs tibétains locale, sur une colline du village de Sonam, dans le canton de Dopozhang du district de Nêdong, dans la ville de Shannan de la région autonome du Tibet.

Après avoir terminé ses études universitaires, Tsering Gyatso est rentré dans sa ville natale pour démarrer une entreprise, et avec le soutien du gouvernement local, il a créé la deuxième ferme de porcs tibétains. Pendant ses études à l'université, il a déjà appris à élever des porcs indigènes. En pensant au marché du porc tibétain de Nyingchi, Tsering Gyatso a décidé d'élever des porcs tibétains. En 2015, Tsering Gyatso a officiellement lancé la coopérative d'élevage de porcs tibétains, qui comprend une installation d'élevage de porcs tibétains standardisé et deux serres haut de gamme.

Afin d'augmenter le taux d'abattage des porcs tibétains, Tsering Gyatso a fait un séjour d'études spécial au Collège d'agriculture et d'élevage du Tibet. Grâce à une technologie professionnelle, le nombre de porcs tibétains vendus par les coopératives a régulièrement augmenté, réalisant un bénéfice net annuel de 300 000 yuans (37 800 euros).

En 2018, Tsering Gyatso a une nouvelle fois élargi l'échelle de l'élevage. Avec des fonds autofinancés de 1,2 million de yuans (151 000 euros) et plus de 4 millions de yuans (504 000 euros) de fonds publics de lutte contre la pauvreté, il a construit une nouvelle ferme de porcs tibétains standardisée et 6 serres.

« En plus des économies autofinancées au fil des ans, une grande partie des fonds a été empruntée à ma sœur et à mon beau-frère. J'ai aussi un prêt hypothécaire de la banque de 700 000 yuans (88 000 euros) hypothéqués sur la propriété des beaux-parents. »

En ce moment, les porcelets tibétains vont bientôt être livrés, et les pommes de terre et les chous chinois sont cultivés en serre et utilisés comme aliments pour nourrir les porcs tibétains. Le fumier de porc des porcs tibétains est récolté dans la fosse septique et utilisé comme engrais pour faire pousser des légumes. Ce mode de production cyclique est utilisé par Tsering Gyatso depuis plusieurs années, et il est plein de confiance à son égard.

« Si nous faisons attention à prévenir les maladies épidémiques. Au cours de l'année, ces 800 porcs tibétains pourront être vendus, et si l'on continue comme ça dans ce mode cyclique, les avantages seront évidents dans 5 ans. »

(Rédactrice : Claire SHENG)