Les « jeunes enfants » de grand-mère Qungda

Publié le 2020-06-01 à 15:02  |  China Tibet Online

« Mon garçon, tu es de nouveau venu ici ! Je n'ai pas encore fini de boire le lait que tu m'as donné la dernière fois ! Je suis vieille, une vieille personne comme moi ne peut pas boire autant ! » s'exclame avec joie Mamie Qungda, du village de Nailung dans le canton de Nailung du district de Mainling, dans la ville de Nyingchi de la région autonome du Tibet, en voyant la police qui apporte du lait.

Cette vieille femme de 76 ans est solitaire. En raison de son âge avancé et de ses jambes qui lui font mal, la vieille femme a besoin de marcher avec des béquilles, et elle ne peut presque pas vivre de manière autonome.

Le personnel du gouvernement et les centres de santé fournissent régulièrement une assistance à Qungda, afin de résoudre les difficultés de sa vie et de vérifier sa situation de santé. 

« Nous sommes à la frontière loin de chez nous. Je ne peux pas prendre soin de ma mère, mais nous devons prendre soin du peuple ici comme nous le ferions pour nos proches, et permettre à nos « mères » locales de ressentir l'attention chaleureuse de la police de gestion des frontières », dit Wu Min, un membre du personnel du poste de police.

Le 10 mai, Shilok Tsering et les autres policiers du poste de police apportent du lait et des fruits à la grand-mère, et ils aident Qungda en préparant son bois de chauffage, faire le ménage et réparer ses appareils ménagers et ses meubles. Ils discutent et regardent la télévision ensemble avec Qungda, et passent des vacances heureuses et épanouissantes avec elle.

La grand-mère Qungda devrait avoir ses enfants autour d'elle, mais de façon inattendue, ses proches l'ont quittée les uns après les autres. Elle vit maintenant seule, et ce groupe de jeunes enfants polis du poste frontalier ont commencé à lui tenir compagnie de façon inattendue.

(Rédactrice : Lucie ZHOU)