Vingt ans à Chengdu comme professeur de peinture Thangka tibétaine

Publié le 2020-05-09 à 14:11  |  China Tibet Online

"Je veux faciliter l'apprentissage de la peinture par les étudiants tibétains et permettre au Thangka de passer pour longtemps." Il y a un studio Thangka, un lieu de création tranquille caché par des arbres verts dans le centre de la communauté de Jifu, dans le district de Wuhou, à Chengdu. Né dans la région tibétaine de la province du Sichuan, Lamon, qui peint Thangka depuis des décennies, n'avait jamais imaginé qu'il vivrait à Chengdu pendant 20 ans.

Aujourd'hui âgé d'une cinquantaine d'années, Lamon est originaire du comté de Sêrtar, dans la préfecture autonome tibétaine de Garzê, dans la province du Sichuan. À l'âge de 7 ans, il a appris de son père à dessiner le Thangka. À l'heure actuelle, la Chine compte deux héritiers du patrimoine culturel immatériel national de la peinture de l'école Gamagazi, dont Lamon fait partie. 

Contrairement à la plupart des peintres de Thangka vivant dans les régions tibétaines, Lamon vit à Chengdu depuis 20 ans et est rarement retourné dans les régions tibétaines. Il y a dessiné et enseigné le Thangka, enseignant à plus de 1400 étudiants. 

"Je suis venu à Chengdu pour son climat plus agréable, car, n'étant pas en bonne santé, je n'étais pas à l'aise sur les hauts plateaux". Rappelant sa décision de quitter sa ville natale il y a de nombreuses années, Lamon a dit que dès son arrivée à Chengdu, il a trouvé le climat ici très agréable. "Au fait, je peux mieux dessiner et mieux enseigner aux étudiants ici." 

La communauté Jifu (où vit Lamon) compte plus de 2300 personnes issues de minorités ethniques résidentes ou migrantes, couvrant 11 groupes ethniques comme les Tibétains, les Qiang, les Hui et les Ouïgours. Après que Lamon se soit installé ici, l'administration et la communauté de la rue ont créé la "maison des cultures nationales" en 2013 pour lui fournir des studios d'enseignement gratuits.

Au fil des ans, Lamon est devenu de plus en plus célèbre à Chengdu, et un grand nombre d'étudiants sont venus étudier la peinture. Il accueille 40 à 50 personnes chaque trimestre, prend en charge leur logement et leurs frais de scolarité, et donne aux étudiants un peu d'argent de poche chaque semaine, qui provient de ses propres poches en vendant des peintures. Ce genre de pratique a d'abord reçu des objections de sa femme, mais il avait ses propres raisons. 

Il s'avère que Lamon a eu une expérience d'apprentissage difficile lorsqu'il était jeune. Au début, il a étudié la peinture avec son père, et comme ses compétences en peinture étaient de plus en plus élevées, il a voulu trouver un peintre local ayant des compétences en peinture plus avancées et une plus grande renommée. "Mais il a un seuil très élevé pour les étudiants, et les frais de scolarité étaient bien trop élevés." 

"C'est pourquoi je veux abaisser le seuil d'apprentissage de la peinture. Il n'y a pas de frais de scolarité. Si vous montrez de la passion pour apprendre, j'enseignerai." De nombreuses années plus tard, alors qu'il remporte un grand succès dans la peinture, Lamon n'oublie toujours pas combien il lui a été difficile d'étudier la peinture. Il ne dit donc jamais non à un cœur vraiment passionné par cet art tibétain. 

Gama, 24 ans, originaire de la région tibétaine d'Aba, dans la province du Sichuan, apprend à dessiner avec Lamon depuis de nombreuses années. "Après la formation, je veux retourner dans ma ville natale et ouvrir un studio pour enseigner aux étudiants, comme l'a fait M. Lamon." 

M. Lamon a déclaré aux journalistes que nombre de ses élèves, comme Gama, ont l'idée de "rentrer chez eux avec ce qu'ils ont appris et d'aider à hériter de l'art". Au cours des 20 dernières années, il a admis des étudiants de presque toutes les zones ethniques tibétaines de Chine, dont beaucoup sont devenus des héritiers locaux du patrimoine culturel immatériel après leur retour au pays. 

Selon Lamon, l'héritage de Thangka doit être créatif et inclusif, et ne pas se limiter au contenu ethnique et religieux. "Prenez l'architecture par exemple, les cultures de tous les groupes ethniques et les cultures caractéristiques de tous les endroits peuvent se retrouver dans les peintures de Thangka".

(Rédactrice : Lucie ZHOU)