La voie de l'entrepreneuriat passe par l’héritage de l’encens tibétain

Publié le 2018-10-29 à 14:06  |  China Tibet Online

Tenzin Gexi, né en 1988, dans le comté de Nyemo, à Lhassa, au Tibet. Il est un héritier de l’encens tibétain de Manzhong de la 14e génération. Il est une jeune star entrepreneuriale de Lhassa, vice-président de l’Association de l’encens tibétain de Nyemo, vice-président de l'Association entrepreneuriale des diplômés collégiaux de Lhassa. Il fait partie de l’avant-garde entrepreneuriale 2017 de la ville de Lhassa, et président de la société commerciale Lhassa Manzhong Co., Ltd. Avec autant de titres, il est comme béni d’une « aura de bénédiction ».

Un héritage immatériel

La famille de Tenzin Gexi se transmet cet héritage depuis 14 générations. Avant la libération pacifique du Tibet, sa famille était une famille médicale très célèbre de Manzhong, dans le comté de Nyemo.

« Mon grand-père Sonam Rinchen était un maître en médecine tibétaine. L'encens tibétain qu'il fabriquait était parmi le meilleur encens du Tibet à cette époque, et était vendu au Népal, au Bhoutan et en Inde. Bien que beaucoup d’informations ont été perdues dans la famille, mais les secrets précieux transmis de bouche en bouche nous ont également été très utiles. Ainsi, les techniques de production d'encens tibétain ont été transmises jusqu’à ce jour », dit Tenzin Gexi.

L'encens tibétain de la marque de conception originale Duobao Kaiwu

« J'aime cette technique depuis mon enfance. Je suis très heureux si je trouve un ancien texte documenté sur l'encens tibétain à la maison. Ça sent bon quand je respire le parfum de l'encens tibétain », dit Tenzin Gexi. « L'héritage des compétences familiales a toujours été important pour moi, et je n’ai jamais abandonné. »

Un jeune entrepreneur

En 2012, après avoir obtenu son diplôme du Département de langue et littérature tibétaines de l'Université du Nord-Ouest pour les nationalités, Tenzin Gexi n'a pas passé l'examen de la fonction publique. Au lieu de cela, il est retourné dans sa ville natale et il s’est lancé dans l'entrepreneuriat.

Après plus d’un an durant lequel il a étudié la demande du marché et les perspectives de développement de l’encens tibétain, il est retourné dans la ville de Thonpa. Il a mis sur pied sa propre équipe de production d’encens tibétains, et en septembre 2014, une société commerciale ayant pour principal projet la fabrication d’encens à la main a été officiellement créée.

Tenzin Gexi est attentif à chaque détail de la production d'encens tibétain, allant de récupérer et pulvériser les matières médicinales tibétaines et les arômes naturels à partir de matières premières, jusqu’à doser les matières premières pour créer le parfum de l’encens tibétain, avec ensuite le frottement, la fermentation, l'extrusion, le séchage, l'emballage, etc. Il s’efforce de suivre méticuleusement le processus traditionnel.

Tenzin Gexi avec de l’encens tibétain

Tenzin Gexi réfléchit de plus en plus au développement de l'entreprise et de la marque. « L’encens tibétain n'est pas qu'un parfum, c'est également une partie inséparable de la médecine tibétaine et de la culture traditionnelle. Comment pouvons-nous transformer ce savoir-faire traditionnel laissé par nos ancêtres en une véritable marque ? »

Tenzin Gexi dit qu’il existe actuellement deux principaux types d’encens tibétain. L'un est un encens traditionnel fabriqué à la main, élaboré selon la recette secrète transmise par les ancêtres ; l'autre est un encens innovant développé en fonction des besoins de différents clients. « L’encens tibétain traditionnel familial ne produit que 300 portions par an. La production est donc limitée. » Il a dit que l'encens tibétain nouvellement développé n’est pas aussi parfumé que le vieil encens tibétain, mais il est aussi très populaire. « À présent, ces produits ne sont pas vendus uniquement à Lhassa. Ils sont également rendus dans de nombreuses villes du continent par le biais des canaux de commerce électronique. »

Aider les pauvres et leurs familles à se sortir de la pauvreté

Tenzin Gexi se rappelle qu'au début de ses activités, seuls 20 membres du personnel avaient été recrutés. Il a dû faire beaucoup d’efforts pour recueillir des fonds par lui-même. Tenzin Gexi s’engage maintenant dans la lutte contre la pauvreté dans sa ville natale.

Tenzin Gexi remportant le concours d'innovation et d'esprit d'entreprise chez les jeunes à Lhassa.

« Quand les travaux d’agriculture ne sont pas occupés, je demande aux habitants du village de venir dans mon usine pour fabriquer de l'encens tibétain. On opère selon une coopération externalisée. D'une part, cela résout la demande du marché, et d'autre part, cela aide également les villageois à trouver un emploi et à augmenter leurs revenus. » Mais ce qui le satisfait le plus est qu’il a réussi à changer certaines des pensées de sa communauté par ses propres efforts.

Les jeunes ont de nouvelles idées, ce que ce soit pour leur propre croissance ou le développement social, tout est bon. « L’atmosphère entrepreneuriale de Lhassa est particulièrement bonne maintenant. Le gouvernement apporte également un soutien important en termes de politique. Tous les entrepreneurs ne réussiront pas, mais l'énergie générée par l'entrepreneuriat aura un impact considérable sur leur vie, comme la persistance, la patience, les relations interpersonnelles, etc. », dit Tenzin Gexi.

« En tant qu'héritier de l'encens tibétain Nyemo, j'ai la responsabilité et l'obligation de développer profondément l'essence de la culture traditionnelle contenue dans l'encens tibétain. Je veux amener mon groupe à hériter et à innover selon la demande de notre époque. Nous devons également nous efforcer d’inciter plus de jeunes ruraux à créer des entreprises, et contribuer comme il se doit au travail de lutte contre la pauvreté dans les zones rurales. »

(Rédactrice : Lucie)