Le magnifique village Zhaqu mène une vie chaleureuse et prospère

Publié le 2020-07-31 à 16:02  |  China Tibet Online

Le village Zhaqu sur la rive sud du lac Duobu pendant la saison des pluies. 

Le village de Zhaqu, dans le canton ethnique Monpa de Gengzhang, dans le district de Bayi de la ville de Nyingchi, dans la région autonome du Tibet, compte 41 familles avec 177 personnes. Dans ce village apparemment petit, des membres des ethnies Tibétaine, Monpa, Lhopa et Han vivent ensemble.  

« À chaque festival des différentes nationalités, tout le monde chante, danse, mange de la viande et boit ensemble. Quand le collectif villageois travaille, tout le monde pense qu'ils font partie du même village. Ils viennent aider, et tous les groupes ethniques s'entendent très bien », dit Dawa Renqing, un villageois de l'ethnie Lhopa. 

Le petit-fils de Dawa Rinchen. 

 « Je vivais dans le canton de Pailong dans le grand canyon du fleuve de Yarlung Zangbo. Le transport est très gênant et les glissements de terrain et les coulées de boue se produisent souvent pendant la saison des pluies. Les gens sortent rarement du canyon. » En 2000, Dawa Rinchen a quitté le canton de Pailong dans le grand canyon et est allé s'installer dans le canton ethnique Monpa de Gengzhang, dans le district de Bayi. En 2011, le projet clé de la région autonome du Tibet du XIIIe Plan quinquennal – le centrale hydroélectrique Duobu a sélectionné Gengzhang comme le site d'installation. Quatre villages devaient être déplacés, et trois d'entre eux étaient habités par l'ethnie Monpa. C'est alors que le village Zhaqu a entamé un nouveau cycle de relocalisation. 

Ces deux déménagements ont permis à la famille de Dawa Renchen de mieux vivre et de vivre des jours meilleurs. De nos jours, le fils aîné de Dawa Renchen travaille dans les transports et son plus jeune fils dirige une société de publicité. Leur revenu annuel est d'environ 150 000 yuans. 

La nouvelle maison de Zhu Lie. 

Comme la famille Dawa Rinchen, en s'appuyant sur les conditions de transport beaucoup plus pratiques d'aujourd'hui, le fils de Zhu Lie, Tsewang Gyatso, a également trouvé un emploi dans les transports et travaille aussi dans différents petits travaux. « Dans les bonnes années, il fait entre 70 000 et 80 000 yuans par an. Dans les mauvaises années, il y a des revenus entre 50 000 et 60 000 yuans. Son épouse travaille à l'école élémentaire du canton, avec un salaire de 2 500 yuans par mois. Ses enfants vont aussi à l'école primaire du village, et son épouse peut prendre soin d'elle tout en travaillant », dit Tsewang Gyatso, avec un sourire. 

Selon des informations, les villageois du village Zhaqu qui ont déménagé ici ont pu augmenter leurs revenus en travaillant dans les transports, en faisant divers travaux, ou en assurant la collecte des ressources forestières, etc. En 2016, tous ont été sortis de la pauvreté. En 2019, le revenu économique rural du village Zhaqu est supérieur à 5 738 025,3 yuans. Le revenu net par habitant a atteint 19 775,12 yuans. 

Le village Zhaqu. 

Le village Zhaqu d'aujourd'hui s'appuie sur des ressources naturelles pour développer le tourisme comme le réservoir Duobu et la forêt primaire de Yaganggou. Cela permet aux villageois de trouver des emplois touristiques et d'augmenter leurs revenus et de s'enrichir sans quitter leur village.

(Rédactrice : Lucie ZHOU)