Spectacle de sculptures en beurre tibétaines à la Fête des lanternes

Publié le 2020-02-14 à 14:32  |  China Tibet Online

Chaque année, la fête des lanternes tombe le 15e jour du premier mois lunaire. Les années précédentes, le monastère de Kumbum au Qinghai (nord-ouest de la Chine) organisait annuellement une exposition de sculptures en beurre tibétaines, qui faisait salle comble sans exception. Toutefois, les choses doivent changer cette année en raison de l'épidémie de pneumonie causeé par le nouveau coronavirus.


En photo : Statue de bouddha en beurre.

Le 4 février, le comité de gestion du Monastère de Kumbum a publié un avis visant à annuler l'exposition de sculptures en beurre le jour de la fête des lanternes cette année. La décision est faite conformément aux efforts conjoints de prévention et de contrôle anti-épidémique et en pleine coopération avec l'administration locale.

Au lieu de cela, les touristes déçus par l'annulation ont encore des as à une exposition spéciale de sculptures en beurre, établie dans le hall du monastère de Kumbum, mais vue en ligne. Deux ensembles de grandes vitrines d'exposition en verre contiennent des sculptures en beurre dans le hall. La vitrine étant climatisée, la sculpture en beurre perdure toute l'année afin que les visiteurs puissent l'apprécier.


En photo : Palais du Potala fait en beurre.

La sculpture sur beurre, qui signifie "hommage en fleurs" en tibétain, nécessite du beurre de yak pour former toutes sortes de sculptures exquises grâce à une fabrication artisanale complexe. Les sculptures sont souvent enchâssées devant les statues de Bouddhas en geste d'hommage à la divinité.

Devant les statues de Bouddhas à l'aspect solennel se trouvent des animaux vivants, des fleurs brillantes, toutes fabriquées dans du beurre comme des pièces de sculpture, dont l'exquisité est incomparable. La sculpture sur beurre est le fruit du merveilleux savoir-faire et de la dévotion des moines, et exprime également l'aspiration des gens à une vie meilleure.

En 2006, la sculpture beurrée du temple de Kumbum a été inscrite dans le premier lot de la liste du patrimoine culturel immatériel national chinois. Avec l'amélioration de la protection de l'art de la sculpture sur beurre par l'État, cette "fleur" peut désormais s'épanouir véritablement "pour toujours", en transcendant les années et les générations.

Pour l'instant, attendons tous patiemment la fin de l'épidémie de virus. Puis, au bon moment des jours de printemps, venez au monastère de Kumbum pour l'art florissant des sculptures sur beurre.

(Rédactrice : Claire SHENG)