L'histoire derrière les vieilles photographies : le « petit Palais du Potala » à Shigatse

Publié le 2019-11-29 à 10:22  |  China Tibet Online


Les mendiants que l'on peut voir partout dans le vieux Tibet. Le bâtiment derrière eux est le dzong de Samdrubtsé (également appelé musée de Shigatse de nos jours). Photographie par Chen Zonglie.

« Selon la légende, à la dynastie Ming, la ville de Shigatse avait un souverain local reconnu par la dynastie centrale. Afin de montrer son autorité, il voulait construire un palais dans le style du Palais du Potala, alors que les plans de construction du Palais n'avaient pu être obtenus. Les maçons ont donc secrètement sculpté le Palais du Potala sur un radis. Après leur long trajet de retour à Shigatse, le radis était déjà devenu mou, et le palais gravé avait rétréci. De ce fait, le palais nouvellement construit est beaucoup plus petit que le vrai palais du Potala. Voilà le dzong de Samdrubtsé », a raconté Chen Zonglie avec un vif intérêt à l'égard de ses œuvres photographiques.

La légende reste, après tout, une légende. Bien que le dzong de Samdrubtsé soit connu sous le nom de « Petit Palais du Potala », il est 300 ans plus vieux que le vrai Palais du Potala agrandi au début de la dynastie Qing. Selon les données historiques, il n'y avait pas de plagiat légendaire. Cependant, la légende a mis un voile mystérieux sur le bâtiment, de sorte que les visiteurs sont pleins d'aspiration pour ce dernier.

« Dans les années 60, en raison d'années de délabrement et de destruction humaine, le dzong de Samdrubtsé s'est effondré. De nombreux habitants ont secrètement déplacé les terres et les pierres tombées pour s'en servir comme matériaux de construction pour leur propre maison. » Chen Zonglie regrette profondément la destruction du dzong.

Heureusement, début 2004, Shanghai a inclus la reconstruction du dzong de Samdrubtsé dans ses principaux projets d'aide au Tibet, et a confié à l'Université de Tongji la responsabilité de la conception technique. Le principal personnel créatif et l'équipe d'ingénierie se sont rendus dix fois sur le plateau du Qinghai-Tibet en trois ans, ont inspecté le site à plusieurs reprises, ont recueilli des matériaux historiques auprès de diverses parties et ont achevé avec succès leurs travaux. D'une part, la conception poursuit l'histoire, répare les ruines du fort et maintient les vicissitudes historiques de la texture originale des pierres semblables aux montagnes environnantes ; d'autre part, selon les données historiques, la reconstruction de l'architecture tibétaine de style du dzong respecte la nature et la géographie. Les bâtiments détruits ont été reconstruits.


Le dzong de Samdrubtsé au crépuscule.


Le dzong de Samdrubtsé et la ville de Shigatse vus depuis le mont Niseri.

 (Rédactrice : Claire SHENG)