Le lac salé de Chaerhan

Publié le 2019-08-13 à 15:24  |  China Tibet Online


Le lac salé de Chaerhan.

Le lac salé de Chaerhan situé dans la zone de démonstration de l'économie de recyclage de Qaidam (préfecture autonome mongole et tibétaine de Haixi, Qinghai) est incontestablement le « Roi des lacs salés » en Chine. Le 3 août dernier, plusieurs journalistes se sont rendus au lac salé de Chaerhan dont la grande étendue d'eau, les fleurs de sel d'un blanc éclatant et le ciel d'azur constituent un paysage impressionnant.


Des fleurs de sel sur le lac salé de Chaerhan.

Chaerhan signifie « le monde du sel » en mongol. D'une superficie de 5 856 kilomètres carrées, le lac constitue le plus grand gisement de sel potassique et magnésien soluble en Chine. Il est riche en ressources naturelles telles que le potassium, le sodium, le magnésium, le bore, le lithium et le brome, dont le stockage total s'élève à 60 milliards de tonnes, et le chlorure de potassium à 540 millions de tonnes (97 % du total des réserves détectées dans le pays), le chlorure de magnésium à 1,65 milliards de tonnes, le chlorure de lithium à 8 millions de tonnes et le chlorure de sodium à 42,62 milliards de tonnes. Ces trois dernières ressources sont classées à la première place dans le pays.


Un enfant joue au bord du lac salé de Chaerhan.

Selon l'estimation, la valeur potentielle d'exploitation du lac salé de Chaerhan dépasse les 12 000 milliards de yuans (environ 1 500 milliards d'euros) : un véritable trésor pour l'industrie salinière de la Chine.


La société Qinghai Salt Lake Industry.


Un bâteau de saliculture développé par la société Qinghai Salt Lake Industry.


Les locaux de la société Qinghai Salt Lake Industry.


Des touristes au lac salé de Chaerhan.


Des touristes au lac salé de Chaerhan.


Le lac salé de Chaerhan.


Une bêcheuse travaille au bord du lac salé de Chaerhan.

(Rédactrice : Claire SHENG)