Le Tibet inaugure la saison scolaire

Publié le 2021-03-17 à 16:33  |  China Tibet Online

Le 12 mars, les élèves de troisième année de l'école primaire n° 1 de Lhassa étaient en classe. 

Dans cette salle de classe de l'école primaire n° 1 de Lhassa, le tableau noir est plein d'écritures en tibétain, chinois et anglais faites avec de la craie colorée. Suo Yang, une élève de quatrième, vient de terminer son cours de chinois et se prépare pour son prochain cours de maths. 

Pendant les vacances d'hiver, elle a lu beaucoup de livres parascolaires, et ses vacances ont été particulièrement enrichissantes. Elle a dit : « J'ai été influencée par les amis de ma mère, et je veux être journaliste et animatrice quand je serai grande. Je veux lire plus de livres parascolaires pour améliorer mes compétences linguistiques, et pour apprendre plus de connaissances. » Cette profession pour elle est une chance d'apprendre encore plus de choses, ce qui est très attrayant.

Le professeur Tsizhen dit que l'école met en œuvre un enseignement trilingue tibétain-chinois-anglais. Non seulement cela accorde de l'importance à l'enseignement de la langue de la minorité ethnique, mais cultive et promeut aussi la langue nationale du pays. Cela encourage les étudiants à maîtriser plus de langues et à participer à plus d'activités pratiques. 

Nagqu, dans le nord du Tibet, est situé à une altitude élevée, a un faible taux d'oxygène et des conditions difficiles. Par conséquent, le lycée n° 3 de Nagqu a mis en place l'école à distance. Les étudiants sont installés à Lhassa mais sont tous originaires de la ville de Nagqu. Selon Chai Changlin, le responsable de l'école, l'école a officiellement ouvert ses portes le 8 mars. 

Karma Samphel Dondrup est un lycéen. Il est revenu à l'école après de longues vacances d'hiver dans le district de Nagqu. Moins d'une semaine après le début de l'école, il est progressivement passé d'un état de « détente à la maison » à un état d'apprentissage. Au cours des deux derniers jours, il a passé divers tests sur divers sujets. 

« En tant que membre de la jeune génération du Tibet, je dois me forcer à travailler dur, et je n'aurai aucun regret lié à ma vie sur le campus du lycée. » Il espère être admis dans une université normale, afin d'à son tour aider davantage de jeunes étudiants. 

Depuis le 13 mars, toutes les écoles élémentaires et intermédiaires du Tibet ont commencé leurs cours. Les élèves retournent en classe pour accomplir leurs propres rêves. Ils sont optimistes et confiants en ce nouveau semestre. 

(Rédactrice : Lucie ZHOU)