Éliminons le virus, et renforçons la défense contre la propagation du virus

Publié le 2020-02-14 à 15:57  |  China Tibet Online

Le 15e jour du premier mois lunaire de cette année marque effectivement une fête de lanternes différente de toutes les précédentes: il n'y a presque personne à pieds dans l'hôpital du troisième peuple de la région autonome du Tibet, bien au contraire de l'habituelle vue des personnes qui entrent et sortent en marchant. Avec dix kilos de pulvérisateur de désinfectant sur le dos, Sang Sujuan, responsable des mesures de désinfection à l'hôpital, pulvérise soigneusement sur les véhicules prêts à entrer dans l'hôpital. Han Guilian, venue pour une période de résidence de l'hôpital populaire du comté de Motuo, vient de terminer son tour de désinfection dans la cour. Elle porte un masque N95 et ses lunettes étaient pleines de brume de respiration.


En photo : L'équipe est en train de désinfecter les véhicules qui entrent dans l'hôpital

"Maintenant, c'est encore tranquille. Le hall n'est pas encore rempli de patients fiévreux. Nous devons juste désinfecter tous les coins du bâtiment des soins ambulatoires (du troisième au premier étage), autour de la cour et des véhicules entrant dans l'hôpital, ce qui est conforme aux exigences du contrôle sanitaire. Le tour de désinfection prend 40 ou 50 minutes chaque fois. Le bon côté des choses, c'est que c'est un bon sport cardio pour nous pour perdre du poids. "Les deux portent des équipements de protection, un réservoir d'eau de désinfection, et nous expliquent avec un sourire radieux.


En photo : l'équipe est en train de désinfecter les coins du bâtiment

Face à l'épidémie, elles restent intrépides et fières de pouvoir contribuer à la lutte contre l'"épidémie". Elles sont convaincues que le pays réussira à prévenir et à contrôler l'épidémie. "Lorsqu'il y aura beaucoup de patients atteints de fièvre, les mesures de désinfection devront suivre les pas des patients, afin de tuer tous les virus possibles émis par les malades en passant dans les lieux. Nous faisons des allers-retours dans le bâtiment, du premier au deuxième étage pour le service d'observation des patients externes. Et ce, d'innombrables fois par jour. Il fait agréablement chaud ici en journée, avec pas mal de gens qui s'affairent au tour. On a donc l'impression que le temps passe vite. Mais la nuit, il devient plus difficile de compter les minutes malgré la somnolence et l'air glacé. Nous ne voulons pas gaspiller des vêtements de protection supplémentaires, nous devons être prêt à intervenir à tout moment. C'est pourquoi nous n'enlevons presque jamais nos vêtements de protection, même pendant la sieste. Lorsque nous avons vraiment sommeil, nous pouvons faire une petite sièste n'importe où. Parfois, nous sommes trop occupés toute la nuit pour faire ne serait-ce qu'une petite sieste. L'équipe de désinfection part en tournée à tour de rôle, mange et se repose avec le peu de temps qu'on peut trouver. "


En photo: l'équipe qui désinfecte l'hôpital la nuit

Depuis que l'hôpital populaire n°3 de la région autonome du Tibet a lancé les nouvelles mesures de prévention et de contrôle contre l'épidémie de coronavirus, l'hôpital a réuni une équipe de 8 personnes pour éliminer toute possible expansion de la maladie infectieuse et la propagation du virus. Conformément aux exigences de contrôle de l'infection, l'hôpital a mis en place un système de desinfection 24 heures sur 24, ne laissant aucun détail derrière non pris en compte. Des mesures sont prises pour assurer la désinfection autour de la cour, du hall du bâtiment des soins ambulatoires, du couloir, de l'ascenseur... Chaque recoin de la rampe, de la poignée de porte, etc. est soigneusement essuyé, désinfecté et stérilisé, et des équipes sont prêtes à désinfecter à tout moment les chambres des patients fiévreux et les véhicules entrant dans l'hôpital.

(Rédactrice : Lucie ZHOU)