« Bijoux de transcendance : trésors himalayens et mongols » à Anhui

Publié le 2019-12-06 à 12:28  |  China Tibet Online

Le 29 dernier, « Bijoux de transcendance : trésors himalayens et mongols », organisé conjointement par le Musée de l'Anhui et le Musée des objets culturels de l'Université chinoise de Hong Kong, a fait ses débuts au Musée de l'Anhui.

Dans cette exposition, 233 pièces (ensembles) d'œuvres d'art pertinentes ont été sélectionnées pour présenter les ornements colorés et les articles religieux du 17e siècle au 20e siècle en Mongolie et dans l'Himalaya.

Les caractéristiques communes des ornements en Mongolie et dans l'Himalaya sont le culte extrême de l'or, de l'argent, du turquoise et du corail, l'attention particulière portée à la tête, au cou et à la taille, et l'utilisation fréquente des techniques de l'or fin telles que la filigrane et les incrustations.

Selon le responsable de l'exposition, il y a des personnes de différents pays et nationalités qui vivent dans la région de l'Himalaya, mais en raison de la proximité de la région et de la similitude des croyances religieuses, les échanges entre elles sont assez fréquents. Depuis le XVIIIe siècle, les artisans newars de la vallée de Katmandou ont non seulement fabriqué des articles quotidiens et religieux pour les nobles de Lhassa et de Shigatsé, mais ont également servi les institutions officielles et ouvert leurs propres ateliers à Lhassa et ailleurs.

Le même jour, « Partage et co-construction - Séminaire académique international sur l'échange transfrontalier et la coopération de l'exposition du Musée de la nouvelle ère » a eu également lieu au Musée de l'Anhui, qui a attiré des dizaines d'experts du pays et de l'étranger pour échanger leurs expériences.

Lors du séminaire, selon Pang Yani, directrice adjointe du Musée d'histoire du Shaanxi, l'exposition internationale des objets culturels est un échange interculturel, qui aide à améliorer le dialogue entre les différentes cultures, le respect et l'appréciation mutuels, et à construire un nouvel ordre culturel international. L'exposition de l’art de la nouvelle Chine a commencé dans les années 1950, mais dans les faits, elle a véritablement démarré dans les années 1970. Avec le renforcement de la force globale de la Chine, l’art chinois a de plus en plus été exposé à l'étranger.

Les harnais produits au Tibet du 19ème au 20ème siècle.

Le public visite l'exposition.

Des articles artistiques dans l'exposition.

Épée en bronze doré à motif dragon.

Ceintures produites au Tibet du 18ème au 20ème siècle.

(Rédactrice : Lucie ZHOU)