« Animal tué sur la route » : poésie cinématographique par Pema Tseten

Publié le 2019-05-08 à 14:11  |  China Tibet Online

Le 28 avril dernier, le nouveau film du réalisateur tibétain Pema Tseten « Animal tué sur la route » en était à son troisième jour de projection. À 16h, les vente de billets se classaient au quatrième rang, avec un total de 4,4 millions de billets, et continuaient de croître.

D'après les données recueillies, regarder « Animal tué sur la route » au cinéma provoque beaucoup plus de sentiments. Prises de vue macroscopiques sur des routes désertiques, temples délabrés, restaurants bruyants, prises de vue rapprochées pour révéler des motifs de couteaux tibétains, thé au lait avec tiges de thé, bière sans étiquette.... Dans les scènes, Pema Tseten a apporté la rudesse et la délicatesse du Tibet au public avec son langage de cinématographe.

Pourquoi le chauffeur a-t-il croisé le chemin d'un tueur portant son  nom ? Et ce, à 5 500 mètres au-dessus du niveau de la mer à Kekexili ? Qu'est-ce qui s'est passé exactement entre le mouton tué sur la route et le tueur ? Pourquoi le conducteur à l'allure d'amérindien aime-t-il écouter le fameux " O sole mio " en italien ? Il y a tellement de secrets cachés dans le film que seul un proverbe tibétain pourrait aider le public à trouver des réponses : "Si je te raconte mon rêve, tu peux l'oublier ; si je te laisse entrer dans mon rêve, il deviendra alors ton rêve". C'est peut-être l'indice qui permettra aux cinéphiles de percer le mystère de ce film.

(Rédactrice : Lucie ZHOU)