[Jours au nord du Tibet] Témoin d'amour pour la renaissance de Drolma

Publié le 2020-02-13 à 15:56  |  China Tibet Online


Photo prise le 14 juillet 2015 montre que les médecins de l'Hôpital de stomatologie de Beijing effectuent spécialement une contre-visite à Siqiu Drolma dans le nord du Tibet.

Il y a peu de temps, j'étais en mission au Tibet et j'y ai rencontré Chen Zhiqing, un cadre de Sinopec qui était en aide au Tibet pour la deuxième fois. Joyeusement, nous nous sommes rappelés l'histoire où nous avions aidé ensemble la pauvre bergère du nord du Tibet, Siqiu Drolma, une malade avec une tumeur de 5 kilos au cou, et qui avait subi une intervention chirurgicale à Beijing pour enlever la grande tumeur. Ces souvenirs nous ont tous fortement impressionnés.

Le 21 avril 2010, Drolma, la bergère pauvre et malade venue du nord du Tibet a subi une opération chirurgicale de 2 heures à l'Hôpital de stomatologie de Beijing. La tumeur de 5 kilos qui était suspendue à son cou depuis 28 ans a été excisée avec succès.

En voyant Drolma, poussée hors de la salle d'opération par le personnel médical, Li Yichao, Chen Zhiqing et moi, nous les impatients attendant qu'elle puisse « se débarrasser » de la tumeur mixte de glande sous-maxillaire pesant jusqu'à un dixième de son poids, avons été saisis de joie comme si nous avions pris du miel. Nous nous sommes frappés la main en guise de célébration.

Agée alors de 47 ans, Drolma est une éleveuse du canton de Xinji, comté de Baingoin, Nagqu, région autonome du Tibet (sud-ouest de la Chine). Il y avait 28 ans, une bosse avait poussé au bas de son cou et elle s'est agrandie jusqu'à une tumeur aussi grosse que deux têtes humaines.

Le mari de Drolma l'a quittée et leur fille il y a longtemps pour cause de maladie. Depuis, Drolma, incapable de mener du pâturage en raison de sa maladie et sa fille Gama Wangmu, âgée de 18 ans, survivaient en comptant sur la garantie minimale de moyens et les vivres de secours du gouvernement.

Un jour du mois d'octobre 2002, Li Yichao, un des premiers cadres en aide du Tibet originaire de l'entreprise Sinopec, alors chef adjoint du comté de Baingoin et Doji, chef du canton de Xinji, ont rendu visite à la tente de la famille Drolma. Devant eux se tenait une femme tibétaine d'âge moyen en robe en peau de mouton, se recroquevillant par terre avec une petite fille serrée dans ses bras. La grosse tumeur au cou de la femme a secoué Li Yichao.

D'après Doji, les difficultés de transport, l'insuffisance du soutien médical et la misère étaient les raisons pour lesquelles Drolma n'avait pas pu sortir de chez elle pour rechercher un traitement médical. Conscient ainsi de ses responsabilités et obligations en tant que cadre en aide au Tibet, Li Yichao a décidé d'apporter son aide à Drolma pour une longue période. Vu que les tentes de berger sont toujours mobiles, l'argent ne pouvant pas être livré par la poste, Li Yichao demandait donc à des gens de lui apporter une somme de 500 yuans au minimum chaque fois, à un rythme de deux fois par an.


Photo prise le 3 aout 2012 montre que Siqiu Drolma me salue avec le plus haut respect des Tibétains.

En 2004, la mission d'aide au Tibet de Li Yichao s'est terminée. De retour à Beijing, il continue à offrir son aide financière à Drolma, en transférant l'argent sur le compte bancaire d'un ami local du comté de Baingoin, qui l'extrait ensuite et le confie aux autres pour l'apporter à Drolma. En 2007, un autre ami du comté de Baingoin venant à Beijing en mission a informé Li Yichao que Drolma avait déménagé dans un logement social fourni gratuitement par le gouvernement. Ravi d'entendre cette nouvelle, Li Yichao a tout de suite donné 2000 yuans pour qu'elle puisse acheter des objets d'usage courant et a voulu voir sa nouvelle maison en photo. En photo, l'appartement était tout vide et la tumeur au cou de Drolma avait poussé considérablement.

En voyant la photo, Li Yichao a sombré dans la tristesse, pensant qu'« il est urgent d'aider Drolma à suivre un traitement médical » et que « l'étrange maladie est la racine de la persistance de la pauvreté chez Drolma ». Pour leur venir en aide, j'ai recouru à mon amie Gu Hong, docteure rentrée de l'étranger à l'Hôpital d'Anzhen de Beijing. Elle m'a promis de contacter un hôpital pour le traitement. Afin de régler efficacement toutes sortes de difficultés et problèmes rencontrés dans cette action de traitement de la maladie de Drolma, je jouais le rôle d'un « secrétaire général », rassemblant régulièrement Li Yichao et Gu Hong dans un restaurant dans la rue Waiguanxiejie à Beijing pour discuter des questions telles que la collecte de fonds, le contact avec l'hôpital, la consultation médicale et l'opération chirurgicale.

En mars 2010, après plus de six mois de planification, notre action d'amour de secours a été mise en œuvre à Beijing et au Tibet. Li Yichao et moi sommes partis vers le Tibet en avion pour amener Drolma à Beijing. Durant les consultations médicales, elle a reçu de l'aide de l'Hôpital de stomatologie de Beijing, de l'Hôpital d'Anzhen de Beijing, de l'Hôpital de médecine tibétaine de Beijing ainsi que des individus au bon cœur.


Photo prise le 1er mai 2010 montre que Siqiu Drolma (au milieu) et Li Yichao (à droite) visitent la place Tian'anmen à Beijing.

En plein été 2015, j'ai accompagné un docteur de l'Hôpital de stomatologie de Beijing pour effectuer spécialement une contre-visite à Siqiu Drolma. Drolma m'a rappelé l'aide qu'elle avait reçu 5 ans plus tôt de Li Yichao, un des premiers cadres en aide au Tibet. Les larmes aux yeux, elle a été plongée dans les souvenirs en regardant un album de photos prises il y a 5 ans. Selon Li Yichao, son amour envers le Tibet est un héritage de ses parents car son père Li Benxin et sa mère He Shujiang sont tous des anciens soldats de la 18e troupe de l'Armée populaire de libération qui se dévouent pour la libération et la construction du Tibet.

Après Li Yichao, d'autres cadres en aide au Tibet ont suivi cet acte noble. Parmi eux, Chen Zhiqing et Pan Feng, qui ont accompagné Drolma à Beijing pour son traitement, ont tous déployé des efforts et de l'aide pour Drolma. Maintenant, ayant obtenu une renaissance, Drolma mène une vie heureuse, faisant du pâturage, regardant la télé et amusant ses petits-enfants.

(Rédactrice : Claire SHENG)