Un abonné de dix ans au China's Tibet raconte avec gratitude sa vie au nord du Tibet

Publié le 2019-12-04 à 14:17  |  China Tibet Online

Je suis un fidèle lecteur et contributeur du magazine China's Tibet. Depuis 1990, l'année où j'ai rencontré à Lhassa M. Liao Dongfan, alors président du magazine, j'ai établi un lien jamais rompu avec le magazine China's Tibet au cours de ces années.

Je trouve le magazine China's Tibet et China Tibet Online à la fois instructif et divertissant. Il est pour moi une plateforme sur laquelle je raconte ma vie en partageant avec d'autres lecteurs les jours et les histoires que j'ai vécus personnellement au Tibet et au sujet du Tibet.

Depuis des années, je raconte ma vie au Tibet, que je suis d'ailleurs reconnaissant d'avoir vécue, surtout les années que j'ai passées dans les terres désertes au nord du Tibet, en contact étroit avec la population locale et tout. Ces années ont jeté les bases de mes efforts pour écrire mon "Histoire dans le nord du Tibet". J'ai également commencé une chronique sur China Tibet Online, où mes articles permettent à plus de gens de connaître le vrai Tibet du nord en rapide évolution grâce à la communication Internet.

Je n'oublierai jamais la première fois où je me suis aventuré dans les terres désertes du nord du Tibet. Il y avait une course de chevaux de prairie. Les tentes des bergers sont alors devenues ma "cantine provisoire" et mon "hébergement gratuit". Lorsque je me rendais dans l'arrière-pays tibétain pour interviewer des gens, je suis tombé malade plus d'une fois, mais je dois remercier les bergers et les médecins tibétains, qui sont venus chaque fois rapidement à mon secours et m'ont aidé à échapper à la mort. Il fut un temps où un jeune tibétain du nord du Tibet, nommé Tsewang, m'a laissé le siège du wagon alors qu'il frissonnait lui-même dans le froid malgré sa présumée épilepsie.... De 1987 à aujourd'hui, je me suis aventuré 12 fois dans les terres désertes et presque anoxiques du nord du Tibet. J'y ai échappé plusieurs fois au danger mortel, toujours avec l'aide des bergers. J'ai été témoin du bel esprit du peuple tibétain par leur gentillesse répétée, et je suis très heureux d'avoir forgé une relation amoureuse avec le Tibet que je ne peux abandonner dans cette vie.

 

Pendant des décennies, j'ai utilisé mon appareil photo et mon stylo pour enregistrer fidèlement le développement et les changements du Tibet. En 1997, sur l'invitation de M. Liao Dongfan, alors président du magazine China Tibet, je me suis rendu au Tibet pour couvrir les "62 projets d'aide à la construction au Tibet", laissant un riche ensemble de pellicules qui documentent les efforts de l'Etat pour soutenir le développement et la construction du Tibet. Ainsi, j'ai personnellement été témoin des projets d'aide à la construction dans divers domaines, j'ai compris les stratégies de l'Etat pour promouvoir le développement et la construction du Tibet et pour le bien de la vie du peuple. Je me souviens surtout du bonheur des gens quand ils ont vu l'eau du robinet couler dans leur maison et la lumière électrique apportée sous leur toit, c'était vraiment des sourires radieux du fond du cœur, très émouvants. Au cours de ces années, j'ai été témoin de la progression du personnel de minorités ethniques dans l'administration locale et de l'engagement du personnel des projets d'aide tibétains. Dans mes articles, les actes du peuple - de grands personnages ordinaires -  ont été connus à travers les mots imprimés sur la revue China's Tibet : Gu Hong, un médecin tibétain qui est un "bodhisattva vivant" aux yeux du peuple tibétain ; Peng Haiyan, le chef d'équipe adjoint de la section du transport ferroviaire de passagers Beijing-Tibet, Lozang Tamdrin, le maître national et alors directeur adjoint du Congrès du peuple tibétain ; Zhu Ju, secrétaire des éleveurs qui développe depuis 37 ans les terres désertes du Tibet du Nord... Ces histoires ont été pour moi un baptême et une source de motivation dans la vie réelle, car je me suis ensuite rendu plusieurs fois dans le nord du Tibet pour faire du bien public.

Le temps passe vite, en effet. Le magazine et le site web se développent et se perfectionnent, jouant un rôle de plus en plus important dans la présentation du véritable Tibet. A l'occasion du 30ème anniversaire de la fondation du magazine China's Tibet et du 20ème anniversaire de la création de China Tibet Online, je souhaite à China Tibet un bel avenir d'opérations. Je continuerai à partager mon histoire du nord du Tibet et à faire connaître aux gens un vrai et beau Tibet.

(Rédactrice : Lucie ZHOU)