Soixante-dix ans d'assiduité : l'histoire de Padma Tsering, un des milliers d'étudiants poursuivant leurs études

Publié le 2019-11-04 à 11:23  |  China Tibet Online

« Aidez-moi, s'il vous plaît, je veux vraiment aller étudier dans les provinces continentales. » Soixante-quatre ans se sont écoulés depuis que Chen Qinfu, professeur retraité de l'Université du Tibet pour les nationalités, a entendu cette personne le supplier. Il s'agissait d'un orphelin nommé Padma Tsering qui s'occupait de bovins et de moutons pour quelqu'un à Taizhaozong (maintenant le comté de Gongbo gyamda dans la ville de Linzhi au Tibet). Aspirant à faire des études mais sans liberté personnelle, il devait demander la permission de ses parents et le consentement de son seigneur.

« Je voulais bien l'aider », se souvient Chen Qinfu, « mais une telle démarche risquait de créer un conflit contre l'Accord en 17 points sur la libération pacifique du Tibet ». Après d'inlassables efforts, Padma Tsering suivit Chen Qinfu pour intéger le Collège Tibétain du Lhagang (maintenant Linzhi). Après la libération pacifique du Tibet, des vagues d'étudiants issus de minorités ethniques furent envoyés dans les provinces continentales pour étudier. Cet événement répondait alors aux besoins de développement et de construction au Tibet. Padma Tsering faisait donc partie de ces personnes en 1957.

Instituts tibétains à créer dans les provinces continentales

Sur la base des orientations politiques pour le Tibet proposées par le président Mao Zedong, et de son importante instruction « Le peuple tibétain a besoin d'accès aux universités », le gouvernement central décida le 5 mars 1957 d'établir des instituts tibétaines dans les provinces continentales. En juin de la même année, le Comité de travail du Parti communiste chinois pour le Tibet décida officiellement de préparer la création des écoles. Pendant la préparation, Chen Qinfu a reçu une tâche : se rendre à Pékin pour se former à l'école de la Ligue centrale de Pékin, et amener avec lui 60 étudiants tibétains de Linzhi pour qu'ils puissent poursuivre leurs études dans les provinces continentales.

Après avoir amené les étudiants à Lhassa, Chen Qinfu croyait sa tâche terminée. Changement de plan : oubliée la formation à Pékin, il faudra plutôt emmener les étudiants à Lanzhou. "Ce voyage à Lanzhou était un changement de programme inattendu, mais aussi un grand changement dans ma vie."

Le groupe d'une soixantaine de personnes est reparti de Lhassa. Après plus de dix jours de routes cahoteuses, ils sont finalement arrivés à Lanzhou, dans la province de Gansu, le 17 juillet 1957. « Padma Tsering, en tant que représentant de la classe, m'a beaucoup aidé sur le chemin. »

Voyages pour fonder les écoles

Dans le cadre de la préparation de la création des écoles, deux villes ont été choisies pour accueillir respectivement l'École de la Ligue du Tibet et l'École publique du Tibet : Shangwangzhang dans la province de Qinghai et le comté de Shandan dans la province de Gansu. Comme l'école était encore en préparation, les 600 enseignants et élèves de l'école de la Ligue du Tibet ont dû loger provisoirement à l'Hôtel public de Lanzhou.

Les camarades qui revenaient d'un voyage de préparation à Qinghai ont rapporté qu'il n'y avait pas de dortoirs pour les étudiants, que le climat était rude avec des tempêtes de sable, et que le site était isolé. En entendant cela, les enseignants et les élèves n'ont pas voulu y aller. Puisqu'aucun site spécifique n'avait encore été choisi comme site convenable, il leur a fallu rester à Lanzhou.

Trois mois plus tard, enfin quelques nouvelles sur les sites d'écoles, cette fois-ci dans une autre province : à Baoji, province du Shaanxi. L'école technique n°264 de Guozhen pouvait servir de site de construction d'école. Un autre « déménagement » a donc commencé, et les enseignants et les étudiants provisoirement logés à Lanzhou, Chamdo et Ya'an se sont rassemblés à Guozhen. Padma Tsering était alors affecté à la classe 11 de l'école de la Ligue du Tibet.

A la mi-mars 1958, l'école de la Ligue du Tibet a déménagé de Guozhen de Baoji à son nouveau campus à Xianyang, toujours dans la même province. L'école de la Ligue a conservé son système original et est maintenant sous la double direction du comité de travail de la Ligue au Tibet et du comité du Parti à l'école publique du Tibet.

Vie d'étudiant assidu

Au début de la préparation et de la création de l'école de la Ligue du Tibet, l'école a rencontré de nombreuses difficultés en matière d'habillement, de nourriture, de logement, de transport, de soutien logistique et d'enseignement.

Au moment où le travail préparatoire était fondamentalement prêt, les étudiants ont su surmonter les difficultés de la vie. Pourtant, lors de l'ouverture officielle de l'école, ils ont dû affronter un autre défi : améliorer leur chinois et apprendre les caractères à l'aide du Pinyin (système de signes phonétique indiquant la prononciation des caractères chinois).

Padma Tsering, en tant que représentant de la classe, était assidu dans ses études, et rigoureux dans l'organisation de sa vie quoditienne. Il était toujour le premier à se lever pour emmener ses camarades courir sur le terrain de sport. Après l'extinction des feux dans le dortoir, il était toujours le dernier à se coucher, après avoir inspecté les chambres de ses camarades une par une avec le responsable Chen Qinfu.

Quelques mois après le déménagement de l'école à Xianyang, une cérémonie d'inauguration fut finalement organisée, le 15 septembre 1958. Plus de trois milles étudiants ayant quitté leur régions natales, comme Padma Tsering, ont continué leurs études pour acquérir des connaissances et suivre des formations en matière de multiethnicité et de patriotisme.

Le moment d'adieu

En mars 1959, les réactionnaires à l'échelon supérieur du gouvernement local du Tibet ont déchiré l'Accord en 17 points et lancé une rébellion armée générale. Plus de 2 000 enseignants et élèves de l'école de la Ligue tibétaine et de l'école publique du Tibet se sont précipités en première ligne de la lutte contre la rébellion, devenant une force importante dans la réforme démocratique au Tibet et la construction d'un nouveau Tibet socialiste.

« Le train était sur le point de quitter le quai et tous ces visages familiers disparaissaient de ma vue. C'est à ce moment que je me suis séparé de Padma Tsering », se souvient Chen Qinfu.

« Notre mémoire commune restera pour éternité, celle de notre parcours dans les provinces voisines, à Lanzhou, Guozhen, Xianyang... Même au moment où l'école de la Ligue du Tibet a fusionné avec l'école publique du Tibet le 7 septembre 1958. C'est une période mémorable où nous mangions ensemble, dormions ensemble, travaillions ensemble, étudions ensemble... »

Photo de groupe prise lors de la fête du printemps en 1958. La classe 11 de l'école de la Ligue du Tibet devant le bâtiment de l'école à Guozhen. Au deuxième rang à droite : Chen Qinfu et Padma Tsering.

Chen Qinfu en septembre 2019

Télégraphe dans lequel l'administration centrale donne son accord pour affecter un nouveau campus à l'École de la Ligue du Tibet et à l'École publique du Tibet

Le campus lors des premières années

Danse mise en scène par des étudiants lors de la Cérémonie d'inauguration

Des étudiants qui apprennent le Pinyin

Inspection des dortoirs en pleine nuit. L'enseignant ajuste la couverture d'un étudiant.

Le départ du train d'étudiants : un moment d'adieu plein d'émotions.

Les étudiants et les enseignants rentrent au Tibet et emmènent avec eux des grains à semer, afin de faire pousser de nouvelles espèces de culture.

(Rédactrice : Lucie ZHOU)