Une éleveuse de lapins à Lintan, dans la province du Gansu

Publié le 2019-10-12 à 10:56  |  China Tibet Online

Remplissage du fourrage, balayage des chalets, pavage des matériaux.... Ce sont les tâches quotidiennes à effectuer pour élever des lapins rex. Tôt le matin, Ma Yufang, une femme du village de Nanmenhe, comté de Lintan, préfecture autonome tibétaine du Gannan, est partie de chez elle et s'est rendue à pied dans une coopérative d'élevage de lapins.

"Élever des lapins demande un peu de travail. Les lapins doivent être surveillés tous les jours afin de prévenir les infections." Ma Yufang a déclaré que les gamelles des lapins ne doivent pas être trop remplies, mais qu'elles doivent plutôt être remplies de moitié sur une base régulière. Sinon, s'ils sont trop nourris, les lapins auront de la diarrhée et des troubles abdominaux. Ma Yufang s'occupe de ses lapins depuis près de 11 ans et est aujourd'hui une experte en la matière.

Il y a 11 ans, Ma Yufang était une ménagère rurale qui passait ses journées à courir dans la cuisine avec des casseroles et des poêles dans les mains. Elle passait son temps à s'occuper de la ferme, à préparer trois repas par jour et à nettoyer la cour. La principale source de revenus de sa famille de six était le salaire de son mari qui travaillait à la clinique vétérinaire du village. Avec deux enfants inscrits à l'école et leurs parents vieillissants et malades, Ma Yufang ressentait souvent un "manque d'argent dans son foyer".

En 2008, Ma Yufang a appris auprès de ses amis du commerce que le marché de la fourrure de lapin Rex était en plein essor. Dans l'espoir de gagner de l'argent pour subvenir aux besoins de sa famille, elle et plusieurs partenaires ont créé une coopérative pour élever des lapins rex avec le soutien du gouvernement local. Cependant, en raison du manque d'expérience, de la négligence dans la gestion et de la baisse de la demande sur le marché des poils de lapin Rex, la coopérative a dû rembourser beaucoup de dettes en seulement un an.

Alors que tout le monde abandonnait, Ma Yufang s'est endetté et à décidé de continuer. "Quoi que vous fassiez, vous devez explorer lentement au début. Même si ça ne marche pas cette fois, vous ferez mieux la prochaine fois grâce à l'expérience acquise et les leçons apprises." La plus grande difficulté à l'époque, outre les difficultés économiques, a été que ses partenaires d'affaires et les membres de sa famille ne comprenaient pas sa persévérance. "Autant plus de raisons pour moi de réussir, de leur montrer !", a alors déclaré Ma Yufang.

En lisant des livres, en cherchant des informations en ligne et en demandant à des experts de la former, Ma Yufang est passée progressivement d'éleveuse de lapins débutante à experte après plus d'un an d'exploration, avec l'aide de son mari vétérinaire. "Le point le plus important est la prévention des épidémies, la sélection et les soins aux laperaux afin de réduire le taux de mortalité et d'augmenter le taux de maturité", a-t-elle déclaré.

En contactant les agriculteurs et les supermarchés, Ma Yufang a progressivement exploré les canaux de commercialisation des lapins rex, et l'entreprise s'est tournée vers l'amélioration. Ayant goûté pour la première fois à la douceur de l'élevage des lapins, elle a mobilisé les personnes âgées et les femmes autour d'elle pour la rejoindre. À tous ceux qui voulaient élever des lapins, elle vendait des lapins à un prix inférieur à celui du marché. Pour les familles en difficulté économique, elle leur offrait même des lapins. "Ce n'est que lorsque la communauté sera mieux lotie que votre entreprise vous rapporte vraiment un sens au-delà de l'argent."

"Pour les grand-mères qui s'occupent des petits-enfants à la maison, c'est facile de garder un nid de lapins et de gagner des milliers de yuans chaque année." Ma Yufang a dit que la prochaine étape serait d'élargir progressivement l'échelle de son élevage de lapins pour établir une chaîne industrielle, afin que les villageois puissent y participer et gagner de l'argent. Actuellement, la coopérative de Ma Yufang a aidé avec succès 15 ménages pauvres par le mode d'élevage individuel et de participation. Chacun de ces foyers a maintenant une augmentation annuelle moyenne de près de 5 000 yuans par ménage.

(Rédactrice : Lucie ZHOU)