Luobu: un héritier représentatif de la broderie sur thangka de Lhassa

Publié le 2019-04-26 à 14:18  |  China Tibet Online

Luobu (troisième en partant de la droite) a participé au concours d'artisanat de broderie organisé par la 5e Exposition du patrimoine culturel immatériel de Chine et a remporté la troisième place.

Luobu a soigneusement examiné et choisi la soie pour les thangkas brodés.

L’artiste brodeur Basang (à droite) formé par Luobu est en train de fabriquer un thangka brodé.

Luobu (au centre) a enseigné aux nouveaux apprentis les compétences du thangka brodé.

Luobu et ses disciples ont fabriqué un thangka brodé au Centre du patrimoine artisanal ethnique Celinmen à Lhassa.

Le thangka brodé a une histoire de plusieurs siècles. C'est une combinaison d'artisanat folklorique et des techniques de peinture uniques au peuple tibétain. Le thangka brodé, les fleurs de beurre et les peintures murales sont également connues comme les « trois arts incontournables » de l'art bouddhiste tibétain. Contrairement à la peinture de thangka, la méthode de fabrication du thangka brodé consiste à utiliser des tissus de différentes couleurs de coton, de soie et de satin qui sont coupés en différents motifs et formes. Les tissus sont soigneusement empilés dans un tableau, puis brodés avec des fils de couleurs.

Le thangka brodé de Lhassa a été inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de la région autonome du Tibet. En tant qu'héritier du thangka brodé de Lhassa, Luobu a réalisé de grandes réalisations au cours de ses 35 années d’étude et de création. Sa création « La mère du ciel propice » a remporté la médaille d'or lors de la première exposition sur les compétences traditionnelles du patrimoine culturel immatériel de Chine. En 2018, il a remporté la troisième place au concours de broderie de la 5e édition du Salon du patrimoine culturel immatériel de Chine.

Alors que l’État continue à renforcer sa protection de la culture traditionnelle tibétaine, l'attention du monde extérieur sur la culture du thangka tibétain continue d’augmenter. Le thangka brodé de Lhassa continue d’étonner le monde.

En 2006, Luobu a créé le Centre du patrimoine artisanal ethnique Celinmen de Lhassa. Dans le calendrier de création chargé de Luobu et des disciples, les figures, les fleurs, les oiseaux et les bêtes bouddhistes tibétains sont présentés de manière vivante au public. « Un thangka brodé prend généralement 4 mois à produire. C’est un travail difficile. Maintenant, même si vous utilisez la mécanique au lieu d'une partie du travail fait à la main, un thangka brodé vous prendra un mois à compléter, » dit Luobu.

Afin de faire progresser cet art ethnique, Luobu a rassemblé plus de 30 apprentis. Parlant de projets futurs, Luobu dit qu’il s’appuiera sur le Centre Cimenlin, et après avoir pris contact avec la Fédération des personnes handicapées, il prévoit recruter des apprentis handicapés pour rejoindre l’équipe de production de thangka brodé. « Je ne facture pas les frais de scolarité, le logement et la nourriture sont inclus, et si des handicapés sont intéressés, ils sont les bienvenus. »

(Rédactrice : Lucie ZHOU)