Un homme de 60 ans du Guangxi voyage seul en voiture au Tibet

Publié le 2018-11-02 à 15:54  |  China Tibet Online

Un paysage le long du chemin.

60 ans, une personne, une voiture. Sur la route nationale 318 en direction du Tibet. Lui qui était chauffeur professionnel pendant 24 ans, Yin Qiaoming, un citoyen de Liuzhou, a pris sa retraite l'année dernière et a proposé cette idée. Sa fille lui a répondu : « Vas-y, pas de regrets ». Son fils lui a dit de « leur signaler sa position à tout moment ».

Entretenir le véhicule et vérifier le trajet, préparer des aliments, des médicaments, des bouteilles d’oxygène… avec les encouragements et le soutien de la famille, le 9 septembre, Yin Qiaoming a quitté le comté de Rong’an, dans la ville de Liuzhou.

Il a quitté le Guangxi en direction du Sichuan en passant par Guizhou. Il a emprunté la route 318 Sichuan-Tibet. Le pont de Luding sur le fleuve Dadu, les monts Paoma de Kangding, les prairies peuplées de yaks, les sommets enneigés, la forêt vierge de Bomi... la beauté de la route Sichuan-Tibet émerveillait Yin Qiaoming.

« Trop beau ! » « Magnifique ! » Lorsqu’il voyait de beaux paysages sur la route, Yin Qiaoming s’arrêtait dans des endroits panoramiques pour faire une tournée et filmer des vidéos et des images, et les partager avec sa famille et ses amis. Mais avec la beauté, viennent le mal d'altitude, la température imprévisible et des obstacles routiers.

« Après le pont de Luding, lorsque j'ai atteint une altitude supérieure à 3 300 mètres, j'ai souffert du mal d'altitude », se rappele Yin Qiaoming. « J’avais des vertiges, des douleurs aux membres ». Après avoir pris une demi-bouteille d'oxygène, je suis allé voir un médecin et ma santé s'est progressivement rétablie.

Après avoir surmonté ce mal d'altitude, Yin Qiaoming n'avait plus d'inconfort. Sur la route du comté de Litang, dans la préfecture autonome tibétaine de Ganzi, Yin Qiaoming concentrait son attention sur la conduite de la voiture, quand soudain, un son étrange est venu du toit. Puis il a entendu un « boum ». Un peu paniqué, Yin Qiaoming a appuyé sur l'accélérateur.

« C'était bien un rocher, mais heureusement, il n'y a pas de grosses pierres. » Yin Qiaoming a rencontré certains dangers sur la route. Sur la route entre Bomi et Nyingchi, il y a un tronçon de rocher qui semble avoir « poussé » sur la route. En passant, le toit des voitures vient presque frôler ce rocher, et les conducteurs baissent souvent la tête de manière inconsciente.

En arrivant au mont Mira, il a neigé. Le monde entier est devenu blanc. « La neige a bloqué la circulation et de nombreuses voitures se sont arrêtées. J’étais particulièrement excité. Comme je viens du sud, je n’avais jamais vu de si grosse neige ! »

 

Yin Qiaoming a conduit jusqu’au palais du Potala.

Malgré quelques difficultés, les étrangers le long du chemin l'ont beaucoup encouragé. « Un propriétaire de restaurant, sachant que je conduisais seul jusqu’au Tibet, m’a offert gratuitement mon repas. » En souriant, Yin Qiaoming raconte qu’un couple de Liuzhou a publicisé son périple sur un réseau social, où il a reçu beaucoup d'éloges. « Même si j’étais seul, je ne souffrais pas de solitude. Lorsque j’avais sommeil, je m’arrêtais et je me reposais.Lorsque je me réveillais, je partais. J’étais toujours excité. »

Le 8e jour après son départ, le 16 septembre, Yin Qiaoming est finalement arrivé à destination - Lhassa. Le lendemain, il a conduit jusqu’au palais du Potala. « J'étais si excité que j’ai demandé à quelqu'un de me prendre en photos avec ma voiture devant le palais du Potala, pour me garder un souvenir. »

Yin Qiaoming a révélé qu'il avait initialement prévu de conduire une moto au Tibet. Bien qu’il a déjà acheté le moto, en fin de compte, il a décidé de conduire un minibus Wuling qui l'accompagnait depuis plus de dix ans, prenant en compte les préoccupations de sa famille ainsi que sa sécurité.

Après avoir passé deux jours à Lhassa, Yin Qiaoming est reparti. « Je n'ai pas choisi de retourner selon la même route, mais à travers Hoh Xil, qui présente d’autres paysages, à savoir la route Qinghai-Tibet. »

Yin Qiaoming a dit qu’il avait publié certaines vidéos sur une plateforme de vidéos courtes, où il a récolté plus de 7 000 « likes » et 800 fans.

Certains internautes ont commenté ainsi son exploit : « C’est trop dangereux, je veux aussi faire la route Sichuan-Tibet, mais je n'ose pas ». Yin Qiaoming de répondre : « Ce n’est rien de terrible, il te faut seulement un coeur courageux. »

Une personne, une voiture, un voyage de 7086 kilomètres sur 16 jours. À la fête de la Mi-automne, le 24 septembre, Yin Qiaoming est rentré chez lui en toute sécurité. « Je veux voir les grands fleuves et montagnes de ma patrie. Je suis encore fort physiquement à l'âge de 60 ans. Si on ne sort pas de chez nous, on devient vraiment vieux ! »

Yin Qiaoming a commencé à planifier son prochain voyage. « Je prévois amener ma femme l'année prochaine dans un voyage au Xinjiang en voiture. »

( Rédacteur : Samuel )