Ye Xingsheng : héritier de la peinture traditionnelle chinoise au Tibet

Publié le 2018-09-13 à 09:56  |  China Tibet Online

« La mère de l’ethnie Han m’a donné la vie, mais c’est le peuple tibétain qui m’a élevé », a déclaré Ye Xingsheng, un maître peintre né dans la province du Sichuan et ayant grandi au Tibet. Installé sur le plateau tibétain depuis l’âge de 13 ans, il est aujourd’hui chercheur pour l’Institut de tibétologie de Chine, membre de l’Association des artistes chinois et reconnu comme un peintre de la première heure en Chine. Son endurance et sa persévérance ont fait naître chez lui un profond attachement pour le Tibet.

Ye Xingsheng a été disciple de Feng Guanfu, peintre sichuanais, et de Xiluo, peintre personnel du 10e Panchen Lama. Son tableau « La course de yaks » a remporté le deuxième prix de l’exposition des Beaux-Arts chinois. A partir de ce tableau, son auteur a créé une technique de peinture connue sous le nom de Buhua.

Ces dernières années, Ye Xingsheng a non seulement innové en matière de peinture, mais il a aussi créé une nouvelle manière de peindre en mariant des caractéristiques folkloriques et des idées contemporaines. Pour ce faire, il a fusionné le livre canonique en tibétain, des gravures de drapeaux de prière sur bois ainsi que des fresques datant de l’empire Guge.

Quelques oeuvres de Ye Xingsheng :

Le masque de Yanluowang, gardien et juge de l’enfer

« Le voyage de la princesse »

« La danse de l’ange »

« L’une des 28 loges lunaires de l'astronomie chinoise »

La fresque du monastère de Shalu

La fresque du monastère de Shalu

« La danse à l’époque pacifique »

« Le retour du prince »

« La divinité au nez d’éléphant »

« Maha sitatapatra »

« L’ange qui joue d’un instrument »

« La danseuse Vajra-garbha »

« Kongō-rikishi, le gardien des temples bouddhiques »

« Le prince et sa mère allaitante »

« Trois trésors propices »

« L’oiseau géant aux ailes dorées »

« Un bol en os crânien »

« La conque marine »

« Le Guanyin en ébène »

« Le Karmapa doré avec un chapeau noir »

« Le bouddha Jampa »

« Le temps qui s’écoule : un Tibet de bon augure »

(Rédactrice: Caroline)