Comment la Chine doit-elle réagir à l'évolution des Etats-Unis ?

Publié le 2018-09-18 à 10:02  |  peopledaily.com.cn

  Note de la rédaction : dans un article signé publié sur Bloomberg, Fu Ying, vice-présidente de la Commission des affaires étrangères de l'Assemblée populaire nationale de Chine, a exprimé son point de vue sur les relations sino-américaines actuelles, soulignant que le peuple chinois s'opposera fermement à l'intimidation des Etats-Unis en matière de commerce, et ajoutant que les Chinois doivent rester calmes face aux messages durs mais déroutants en provenance des Etats-Unis.

   « Nous devons rester concentrés sur le développement de la Chine et surmonter nos propres difficultés », a déclaré Mme Fu. L'article signé est une version révisée d'un discours qu'elle a prononcé devant l'Asia Society le mois dernier. Ce qui suit est le texte intégral de l'article signé de Fu Ying.

   Comment la Chine doit-elle réagir face à des Etats-Unis qui changent ?

  Rester ferme. Rester calme. Et continuer à discuter.

   Lors de ma récente visite aux Etats-Unis, pratiquement tous les Américains que j'ai rencontrés m'ont dit que les attitudes à l'égard de la Chine avaient changé. Ce phénomène, ont-ils affirmé, transcende les lignes bipartites ainsi que les milieux gouvernementaux, commerciaux et universitaires. Les Etats-Unis sont frustrés de ne pas avoir réussi à façonner la Chine à leur image, en dépit du fait qu'ils l'aient fait entrer dans l'Organisation mondiale du commerce et contribué à son décollage économique. Au lieu de cela, la Chine aurait « arnaqué » les Etats-Unis en tirant profit dans le commerce et les affaires. Certains s'inquiètent, disant que la rapidité avec laquelle la Chine a gravi l'échelle de l'économie et de la technologie mondiales serait préoccupante et que ses forces armées menaceraient d'« évincer » les Etats-Unis d'Asie.

   Même si les attitudes ont peut-être changé, je ne suis pas convaincue qu'elles soient déjà réellement fixées. À en juger par l'histoire des Etats-Unis, leurs principales stratégies sont généralement déterminées par des essais et des erreurs, en réponse à des défis spécifiques. Tout consensus se développe en cours de route, et tout ajustement de la position des Etats-Unis envers la Chine prendra donc du temps. Cela signifie également que le résultat final sera affecté par la manière dont les deux pays agiront et réagiront dans les mois et les années à venir.

   En évaluant les prochaines étapes, le peuple chinois doit d'abord se demander si les critiques des Etats-Unis sont justes. Il est vrai que la croissance économique n'a pas donné naissance en Chine à un système politique similaire à celui des Etats-Unis. Fait intéressant, je me souviens avoir assisté à un programme du gouvernement américain au milieu des années 1990 destiné à des diplomates de pays en développement. Le sujet était la stratégie de sécurité et l'élaboration des politiques des Etats-Unis. Je m'étais alors posé une question quels étaient les objectifs stratégiques de l'Amérique pour l'après-guerre froide?

   La réponse était sans ambiguïté : promouvoir la démocratie à l'américaine et les droits de l'homme dans le monde entier. Et en effet, les Etats-Unis ont poursuivi ces objectifs de manière cohérente au cours des deux dernières décennies, à un coût énorme pour eux-mêmes et pour les autres.

   La Chine n'est pas le seul échec de l'Amérique, ni le pire. En fait, compte tenu de ce qui est arrivé à certains pays depuis les « révolutions de couleur » et le « printemps arabe », les Etats-Unis devraient s'estimer heureux que leurs « efforts » n'aient pas plongé la Chine dans la tourmente politique et le chaos économique. Le fait que la Chine ait maintenu sa stabilité sociale et politique et suivi sa propre voie économique a contribué à la croissance économique mondiale, en particulier après la crise financière de 2008. Plutôt que d'assécher les finances américaines comme le font les tentatives d'édification de nations en Irak et en Afghanistan, la Chine a au contraire grandement contribué à la prospérité des Etats-Unis.

   Certes, en Chine, les fortunes ont également augmenté. Profitant de la mondialisation favorisée par les Etats-Unis et l'Europe, les travailleurs chinois ont eu accès au capital, aux technologies, à l'expertise et aux marchés mondiaux, ce qui a facilité la croissance de l'industrie nationale. Des centaines de millions de Chinois sont sortis de la pauvreté et le niveau de vie dans le pays a considérablement augmenté.

   Mais il est important de se souvenir de deux choses : premièrement, les travailleurs chinois ont payé un prix particulièrement élevé pour ces développements, tout comme les travailleurs américains. Après être entrées dans l'Organisation mondiale du commerce, les entreprises chinoises se sont retrouvées en concurrence directe avec leurs homologues du monde entier. Beaucoup d'entre elles n'ont pas survécu, entraînant des licenciements massifs dans tout le pays. Dans le même temps, plus de 2 000 lois et règlements ont dû être révisés ou abolis au niveau national et environ 190 000 autres au niveau local, provoquant une dislocation généralisée.

   Deuxièmement, les gains de la Chine ont également profité aux Etats-Unis. Selon Oxford Economics, le commerce américano-chinois aide en effet chaque famille américaine à économiser 850 dollars par an.

   Entre 2001 et 2016, les exportations de produits de base américains vers la Chine ont été multipliées par cinq, dépassant de beaucoup l'augmentation moyenne de 90%. L'arrivée de l'« Internet des objets » et la croissance rapide du nombre de consommateurs chinois de la classe moyenne et supérieure offriront encore plus d'opportunités aux entreprises américaines. La Chine fait non seulement partie intégrante de l'économie mondiale, mais elle est aussi une source indispensable de croissance. Toute tentative de la « découpler » des Etats-Unis ou de l'économie mondiale nuira à tous les pays, y compris les Etats-Unis.

   Alors, quelle devrait être la réponse de la Chine ? Les Chinois doivent rester calmes face aux messages durs mais déroutants en provenance des Etats-Unis. Nous devons rester concentrés sur le développement de la Chine et surmonter nos propres difficultés.

   La Chine n'adopte pas une position plus conflictuelle à l'égard des Etats-Unis. Son attitude actuelle fait partie de sa politique étrangère globale, qui vise à assurer un environnement sain facilitant une coopération efficace avec le monde extérieur pour servir les objectifs de développement de la Chine. Pour ses objectifs, la Chine a toutes les raisons de maintenir une attitude de « coopération constructive » avec les Etats-Unis.

   En fait, des changements dans les relations entre les Etats-Unis et la Chine pourraient même contribuer à favoriser les réformes souhaitées par la Chine. Certaines demandes formulées par des sociétés américaines, telles que l'accès accru au marché, concordent justement avec les recommandations des dirigeants chinois. Le gouvernement est en fait en train de s'ouvrir : huit des onze mesures d'ouverture de marché annoncées par le président Xi Jinping en avril ont été mises en place, couvrant les opérations bancaires, les valeurs mobilières, les assurances, la notation de crédit, les enquêtes et paiements de crédit, etc. Le gouvernement s'efforce également d'améliorer le climat des affaires et de renforcer la protection de la propriété intellectuelle pour les entreprises chinoises et étrangères. Les réformateurs chinois peuvent exercer une pression extérieure à leur avantage, en tirant parti de la résistance interne aux changements nécessaires.

   Mais que personne ne s'y trompe : le peuple chinois s'opposera fermement au harcèlement des Etats-Unis en matière de commerce. Certains disent que l'économie chinoise « glisse » à la suite des conflites commerciaux. Certains s'attendent à ce que la Chine succombe bientôt. Je peux vous dire que c'est un vœu pieux.

   Oui, la Chine est en train de se désendetter, et c'est inconfortable et douloureux. Mais c'est le prix à payer pour maintenir un développement sain. Il convient de rappeler que la Chine a adopté un programme de relance pour aider à surmonter la récession mondiale déclenchée par le tsunami financier de 2008 aux Etats-Unis. Il convient aussi de noter que les conflits commerciaux pourraient ralentir le processus de désendettement nécessaire.

   Chercher des coupables et se faire mal l'un l'autre ne résoudra aucun problème. Au contraire même, cela ne fera qu'empirer les choses. C'est pourquoi la Chine continuera de travailler avec tous les pays, y compris les Etats-Unis, dans des domaines d'intérêt commun, allant du changement climatique à la criminalité transnationale en passant par les épidémies et la non-prolifération nucléaire.

   C'est aussi pourquoi la Chine devrait continuer à discuter avec les Etats-Unis. En Chine, beaucoup pensent que les causes profondes des problèmes des Etats-Unis se trouvent en leur sein, et doivent donc être résolues par les Américains eux-mêmes. Chacun peut voir que le système américain nécessite une révision majeure pour surmonter ses profondes divisions sociopolitiques et disparités économiques. Mais cela ne dispense pas pour autant la Chine de la responsabilité de dialoguer, de savoir sur quoi les deux parties peuvent et ne peuvent pas s'entendre et de chercher des solutions ou du moins des moyens de gérer les différends persistants.

   Pareille approche ne séduira pas ceux qui cherchent aujourd'hui la confrontation. Mais, pour reprendre un dicton, si certains veulent chasser les papillons, pourquoi devrions-nous aller danser avec eux ?

Liens connexes