FSCA : écho dans les quatre coins de l'Afrique sur le discours du président Xi au sommet de Beijing

Publié le 2018-09-14 à 10:00  |  peopledaily.com.cn

   Le discours prononcé par le président chinois Xi Jinping lors du sommet de Beijing du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) a soulevé des vagues d'applaudissements dans les quatre coins du continent africain.

   La Chine entend travailler en étroite coopération avec le continent africain pour mettre prioritairement en oeuvre les "huit initiatives majeures" pendant les trois prochaines années, avec pour ambition de forger une communauté de destin Chine-Afrique encore plus solide en cette nouvelle ère, a déclaré le président chinois Xi Jinping à l'ouverture du sommet 2018 du FCSA tenu à Beijing les 3 et 4 septembre.

   La télévision publique sénégalaise a organisé un débat en direct intitulé "Chine-Afrique : enjeux d'un partenariat stratégique" pour analyser les résultats de ce sommet.

   Lors du sommet, le président Xi Jinping a annoncé huit initiatives majeures pour les trois prochaines années et aussi des soutiens concrets à l'Afrique. Le FCSA a justement pour objectif de forger une communauté de destin beaucoup plus solide entre l'Afrique et la Chine, s'est félicité Thierno Thioune, maître de conférence en économie à l'Université de Dakar.

   Pour sa part, le directeur de l'environnement des affaires à l'Agence de promotion des investissements et des grands travaux de l'Etat (APIX) du Sénégal, Mamadou Lamine Bâ, a rappelé l'importance pour les pays africains de s'inspirer "des dragons d'Asie" en utilisant les financements chinois pour rattraper leur retard sur le plan infrastructurel. Il a insisté sur la nécessité de faire en sorte que les financements chinois puissent favoriser la mise en place de joint-ventures pour créer des champions sino-africains.

   Soulignant que le discours du président Xi Jinping à l'ouverture du sommet du FCSA était l'un des plus grands discours sur la coopération internationale du XXIe siècle, le Premier ministre tanzanien, Kassim Majaliwa, a indiqué que le concept de coopération et les "huit initiatives majeures" proposées par la Chine étaient pleinement compatibles avec les besoins de développement de l'Afrique.

   Le voeu exprimé par le président Xi Jinping lors de son discours au 3e sommet du FCSA, invitant les peuples chinois et africains à travailler ensemble pour une communauté de destin plus solide, est une réalité qui existe depuis des années et qui mérite d'être renforcée et entretenue, a estimé à Cotonou Héribert-Label Elisée Adjovi, expert béninois en relations internationales, lors d'une récente interview accordée à Xinhua.

   Selon lui, au regard des huit initiatives prises par la Chine, il est évident que la communauté Chine-Afrique a de beaux jours devant elle. "Tout au long des trois années à venir et même au-delà, la Chine et les pays africains vont développer ensemble des projets et programmes dans des domaines variés", a-t-il espéré.

   Le sommet de Beijing du FCSA a insufflé un nouvel élan au développement des relations sino-africaines, a estimé Al-Fateh Al-Sayed, ancien secrétaire général de l'Union soudanaise des journalistes. "Le sommet de Beijing constitue une nouvelle opportunité pour renforcer la coopération entre l'Afrique et la Chine", a affirmé l'analyste politique soudanais dans une interview accordée à Xinhua.

   Le FCSA est devenu "une importante plate-forme" de renforcement de la coopération sino-africaine basée sur les bénéfices réciproques et les intérêts communs, a fait remarquer M. Sayed.

   La pratique des "cinq non" adoptée par la Chine dans ses relations avec l'Afrique atteste d'une admirable détermination à se comporter comme une véritable amie pour l'Afrique, a déclaré Evaristus Irandu, professeur associé du département de Géographie et d'Etudes environnementales de l'Université de Nairobi. Ce principe des "cinq non" avait résonné non seulement au Grand Palais du Peuple à Beijing, mais aussi sur tout le continent africain et dans le monde entier, a-t-il assuré.

   M. Irandu a indiqué que ce principe visait à faire comprendre aux délégués africains que la Chine était une véritable amie pour l'Afrique et que "le peuple chinois désirait un changement réel et authentique pour le peuple africain dans les années à venir". Ce principe vise à "rassurer l'Afrique" en lui indiquant qu'elle "ne sera jamais seule" et qu'elle pourra toujours compter sur un soutien authentique de la part du peuple chinois, a-t-il déclaré.

   La directrice exécutive du Centre d'observation des politiques et de recherche, Bernadette Deka, a indiqué que la décision prise à ce sommet de relier l'initiative "la Ceinture et la Route", l'Agenda 2030 pour le développement durable établi par les Nations Unies et l'Agenda 2063 de l'Union africaine a pour conséquence de positionner les pays africains de manière à négocier les accords économiques et commerciaux les plus avantageux à la lumière de leurs voies et projets de développement respectifs.

Liens connexes